Repli identitaire, discours haineux : la lutte sera intensifiée

Des actions annoncées par le président de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, Peter Mafany Musonge, au cours d’une réunion hier à Yaoundé.

Le sujet a été présenté hier au sein de la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme (CNPBM) comme « éléments de fragilisation du vivre ensemble harmonieux au Cameroun ». Pour son président, Peter Mafany Musonge et ses membres, il y a eu ces dérives cumulées, pouvant fragiliser les piliers de la paix et du vivre ensemble harmonieux dans notre pays. C’est que, l’actualité abondamment relayée sur les réseaux sociaux et dans certains journaux, met en lumière plusieurs « mouvements de défense communautaire ». Dans ce sillage, l’on pourrait noter la création depuis quelques semaines d’un mouvement qui se positionne en défenseur des intérêts des fils et filles d’une partie du pays. L’autre sujet qui a également agité les réseaux sociaux et les plateaux de débats ces derniers jours, c’est la mobilisation des forces vives de plusieurs autres localités, tantôt pour défendre « leurs terres », tantôt pour dénoncer l’exploitation de « leurs forêts ». Sur un autre plan, la tenue annoncée des élections régionales a réveillé au sein de plusieurs autres communautés, des revendications liées à leur représentativité, notamment au sein des organes qui seront mis en place.
De toute évidence, rien n’interdit à une communauté de s’organiser pour promouvoir son développement. Mais ce qui paraît inquiétant, c’est le regard et l’appréciation que ces mouvements de « défense communautaire » portent sur les autres. Ce qui constitue une menace à l’intégration nationale et au vivre ensemble harmonieux. En effet, il devient inquiétant de faire croire qu’un ressortissant du Nord ou de l’Ouest n’a plus sa place au Sud ou au Littoral, et vice versa. L’on ne saurait tolérer une recrudescence du discours qui tend aujourd’hui à juger de la capacité ou de l’incapacité de l’autre, par rapport à ses origines ethniques ou tribales. La CNPBM, en s’appuyant sur les dispositions du Code pénal qui punit désormais ces dérapages, veut donc atténuer voire anéantir le mal. Car, des « prétentions communautaristes » dans une République sont une menace grave à l’unité et à la stabilité nationales. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category