Economie

Budget d’investissement public : premier semestre appréciable

Malgré la crise sanitaire que traverse le Cameroun, le niveau d’exécution a pu se hisser à un taux de 40,62% comparativement à la même période l’année dernière où il était de 42,27%.

Le taux d’exécution physico-financière de l’investissement public au premier semestre 2020 est de 40,62%. Une performance au regard du contexte économique causé par le Covid-19. Il est en légère baisse par rapport à la même période en 2019 (42,27%) et en 2018 (52,31%). « Ceci est surement dû au fait que le gouvernement a pris sur lui d’améliorer un certain nombre de procédures au niveau de l’exécution physico-financière du Bip. Elles sont adossées sur les axes tels que la contraction des délais de démarrage de l’exécution du budget, l’appropriation optimale des procédures par tous les acteurs, le renforcement de l’accompagnement de toutes les parties prenantes à l’exécution du Bip», explique Rosette Moutymbo Ayayi, présidente du comité national de suivi de l’exécution physico-financière de l’investissement public. 
Par contre faut-il le relever, plusieurs régions ont été affectées par cette pandémie. Notamment la région du Centre dont le taux d’exécution au premier semestre a dégringolé de 19,62% à 7,77%. Sans doute du fait des difficultés enregistrées dans le processus d’exécution et davantage accentuées par la pandémie du Covid-19. Il s’agit donc de l’appropriation insuffisante des procédures de contractualisation par les responsables des exécutifs communaux; la maturation insuffisante de certains projets budgétisés. Il y a aussi un déficit d’information sur l’exécution des ressources transférées aux collectivités territoriales décentralisées; la crise sécuritaire dans certaines régions; la faible appropriation des procédures d’exécution des subventions d’investissement, etc. « Le gouvernement met tout en œuvre pour essayer de résorber certaines difficultés mais il ne faut pas perdre de vue que nous nous trouvons actuellement avec un certain nombre de crises : sécuritaires dans différentes régions, sanitaire avec le Covid-19 qui nous oblige à orienter à orienter autrement l’exécution du budget », a indiqué Rosette Moutymbo Ayayi. Faut-il le signaler, à la faveur de l’ordonnance rectificative du budget 2020, la dotation du Bip pour l’exercice 2020 a été réduite de 242 milliards de F passant ainsi de 1496,3 milliards à 1254,3 milliards de F. Au cours du premier semestre, l’investissement public selon les instructions du président de la République était axé entre autres sur l’accélération de la politique de l’Etat en matière de décentralisation et de développement local, le parachèvement du Plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance. 
Comme solutions, il est recommandé le renforcement des capacités des chefs des exécutifs communaux nouvellement élus dans les procédures de contractualisation et de suivi de l’exécution du Bip, l’accompagnement des entreprises adjudicataires des contres dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest en assurant en priorité le paiement des décomptes des travaux exécutés dans lesdites régions, le renforcement des moyens matériels des ingénieurs de l’Etat, etc. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps