Economie

« Nous avons pré-diagnostiqué 335 entreprises »

Chantal Elombat Mbedey, directeur du Bureau de mise à niveau des entreprises.

Madame le directeur, de manière générale à quel moment s’impose la restructuration financière pour une entreprise ?

En dehors du chiffre d’affaires de l’entreprise qui doit être estimé à 50 millions, l’un des critères pour bénéficier de la mise à niveau est la non-suspension des activités depuis plus de trois mois. Je le dis pour bien montrer la différence avec la restructuration. Une entreprise en restructuration peut être à l’arrêt depuis plus de trois mois, mais ce qui va la caractériser, c’est qu’elle peut ployer sous des dettes si bien que son action ne peut plus avoir véritablement lieu tant que ce problème n’est pas résolu. Ses capitaux propres peuvent avoir complètement disparu ou alors, il peut y avoir un problème de fonds roulement important. Pour toutes ces raisons financières et les ratios identifiés par l’Ohada  pour reconnaître qu’une l’entreprise est en faillite font qu’elle mérite d’être restructurée de fonds en comble.

Quels sont les appuis que le Bureau de mise à niveau apporte aux entreprises ?

En dehors de la restructuration financière qui est un volet de la mise à niveau des entreprises, nous avons la mise à niveau technique et la mise à niveau spécifique. La mise à niveau spécifique, est effective lorsqu’une entreprise bénéficie de quelques actions sur un nombre de 50 actions par exemple qu’on apporte à l’entreprise, nous choisissons deux ou trois activités qu’on mènera avec elle. Nous formons les gens pour le montage des documents statistiques et fiscaux (DSF) en entreprise par exemple. Il y a d’autres formations comme les bonnes pratiques de fabrication ou d’hygiènes et bien d’autres. Pour ce qui est de la mise à niveau globale, nous allons en entreprise notamment dans tous les départements. Nous cherchons les forces et les faiblesses. Avec ces résultats, les consultants élaborent un plan de mise à niveau et nous mettons mettre en œuvre, la mise à niveau. Mais, il faut beaucoup de détermination des chefs d’entreprise pour arriver au bout du délai, qui est de plus trois ans.

A ce jour, combien d’entreprise ont bénéficié de l’accompagnement du Bureau ? 

Nous avons pré diagnostiqué 335 entreprises. C’est-à-dire que nous nous sommes déplacés du Bureau vers l’entreprise quelle que soit son implantation au Cameroun. Mais, au niveau du comité de pilotage, il n’y a que 143 entreprises qui ont fait l’objet d’un diagnostic global. Actuellement, nous avons moins de 100 entreprises qui sont effectivement suivies dans la mise en œuvre de leur diagnostic global. Mais en gros, il y a près de 800 entreprises qui ont frappé à notre porte.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps