Culture

Exposition : l’unité en tableaux

Un collectif d’artistes plasticiens pose une réflexion autour de ce thème jusqu’au 30 août prochain à Yaoundé, entre peinture et dessin.

En cette période de pandémie due au Covid-19, où les seniors sont présentés comme les cibles les plus vulnérables à protéger à tout prix, en voir un ou plutôt une afficher bonne mine, ça met du baume au cœur. « Mémoire », un des tableaux de l’exposition « Nation, Introspection » dévoilée le 10 août dernier par un collectif d’artistes plasticiens, est une  bouffée de couleurs et de joie de vivre. Une dame âgée, sourire satisfait et regard confiant pointé vers l’horizon est en pleine introspection. Des rides, empreintes d’une existence bien remplie, nourrie de hauts et de bas. Elle ressasse le chemin parcouru, en se faisant le film de sa vie. Ça tombe bien, l’expo de peinture et dessin en cours à l’Espace culturel Quartier Mozart, situé au Carrefour Mvog-Mbi à Yaoundé parle de quête de soi, cet examen intérieur pour se connaître, se comprendre et trouver l’épanouissement. Le travail piloté par Juste Constant Onana Amougui, le commissaire, parle surtout d’un contexte dans lequel la nation est menacée, et invite chaque citoyen à ressouder les liens pour redonner ce souffle perdu à ce qui faisait autrefois leur unité. 
L’art, et ici spécifiquement l’art visuel, s’impose comme cet antidote au repli identitaire, à la fragmentation de la société. Comme le révèle la note de présentation, « l’idée de nation prônée dans le cadre de cette exposition pose davantage de nombreux problèmes aux sociétés actuelles. Elle tend plus à diviser qu’à rassembler et suscite de nombreux conflits. » Les artistes Charles Ongolo, Yves Kono, Dieudonné Assiga, Tarcicius Bita, Paul Onobiono, Allen WK, KS Nfeugue remplissent la consigne. Leur devoir est de décortiquer cette problématique de la nation et toutes les réflexions gravitant autour. Entre peinture et dessin, ils expriment leur envie d’unité et de connexion, retrouvée sur des tableaux comme « Le lien » où on observe deux visages anonymes collés l’un contre l’autre en toute complicité, comme pour dire : peu importe l’origine d’un ou de plusieurs partis, l’amour et la fraternité peuvent toujours triompher. 
Des relations pacifiques, elles sont également visibles dans toutes les 24 œuvres de l’expo, comme « Festin », où un repas est partagé en communion ; ou encore avec « Soleil de vie », dans lequel des objets de types divers tournent, et se voient attirés par cette énorme sphère, aimant capable de rassembler des êtres finalement pas si différents. Au bout du fil de cette expo, on retient que les artistes misent sur une définition de la nation, très proche de celle de l’unité. L’expo est à découvrir jusqu’à ce 30 août à l’Espace Quartier Mozart.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps