Economie

Extrême-Nord : interdiction de sortie des céréales

La décision a été prise le 24 août dernier par le gouverneur Midjiyawa Bakari après une réunion de crise avec les sectorielles concernées.

Il est interdit de faire sortir les céréales de l’Extrême-Nord jusqu’au mois de novembre 2020. C’est la décision prise par le gouverneur Midjiyawa Bakari après une réunion de crise tenue le 24 août dernier dans ses services avec les sectorielles concernées. L’objectif est « d’éviter la crise alimentaire qui pointe à l’horizon », a indiqué Midjiyawa Bakari. Cette décision a été motivée par la flambée vertigineuse des prix des denrées alimentaires observée ces dernières semaines. A titre d’exemple le sac de 100 Kg de maïs est passé de 12 000 à 23 000 F ; celui du sorgho de 11 000 à 19 000 F ; le sac d’arachide de 35 000 à 55 000 F. Une situation assez inquiétante, surtout en ce mois d’août reconnu comme période de soudure, durant laquelle les greniers sont déjà vides et les récoltes encore lointaines.  
D’après le constat fait par le gouverneur de l’Extrême-Nord, la forte exportation des denrées alimentaires de première nécessité vers les pays voisins à savoir le Nigeria, le Tchad, le Soudan…et les autres régions du Cameroun ont provoqué une pénurie au niveau local. Du coup, la demande étant devenue supérieure à l’offre, les prix sont passés du simple au double en quelques semaines. L’autre raison évoquée est que « les ONG présentes dans la région achètent à prix d’or les denrées pour distribuer aux populations réfugiées et déplacées, contrairement au simple consommateur qui ne cherche qu’à se nourrir », indique une source qui a requis l’anonymat. 
Il est donc question de baisser la pression en stoppant dès ce 24 août, la sortie des produits de la région, en mettant à la disposition des populations les denrées stockées par l’Office céréalier. Ceci va renverser la tendance en augmentant l’offre et « obliger par ricochet les privés qui stockent encore les denrées dans les magasins à domicile, de les sortir, puisque les prix vont chuter », explique Midjiyawa Bakari. Pour veiller à l’application de cette décision, les services de sécurité, la douane et les forces de maintien de l’ordre sont mis à contribution. « Tous les camions interpellés avec les céréales en position de sortir du territoire de l’Extrême-Nord sera tout simplement stoppé et les denrées saisies seront vendues aux enchères », martèle le gouverneur de la région.   
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps