Economie

Transparence dans le secteur financier : des données fiables en un clic

Le ministre des Finances recommande l’utilisation de la plateforme d’information du Comité national économique et financier pour faciliter la prise de décision.

Sept ans que la plateforme informatique du Comité national économique et financier (CNEF) est fonctionnelle. Mais les résultats attendus de cet outil de collecte, d’agrégation, d’analyse, de synthèse et de diffusion de données par le CNEF laissent à désirer. Grâce à ses six composantes que sont la Centrale des incidents de paiements, le Fichier bancaire national des entreprises, le Cadre d’analyse et de suivi des établissements de microfinance, la Centrale des risques des établissements de microfinance, le Répertoire national des sûretés mobilières, et l’application de calcul et d’archivage du Taux effectif global et du Taux d’usure ; il est possible de disposer de tout type d’informations sur les débiteurs et créditeurs. D’où cette campagne de vulgarisation lancée hier au cours d’une cérémonie conduite par le ministre des Finances, par ailleurs président du Comité national économique et financier. Louis Paul Motaze ainsi que tous les acteurs de la chaîne de crédit, souhaitent une plus grande dynamisation de cet outil pour une transparence de l’information financière et une meilleure prise de décision. En fait, elle est très peu usitée par les assujettis.
A ce jour, les résultats font état de ce que le public ignorent l’existence de cette plateforme, pendant que les établissements bancaires et de microfinance ne respectent pas les obligations de télé-déclaration. 190 lettres de mise en demeure ont même été adressées aux établissements assujettis pour absence de télé-déclaration, 11 autres interpellés sur la qualité des données télé-déclarées.  De même, la consultation des données de cette plateforme lors de l’analyse des dossiers de crédit ou de la délivrance des instruments de paiement n’est pas systèmes et que très peu de requêtes sont adressées au CNEF par rapport aux données centralisées par cette plateforme.  « A l’épreuve des faits, il apparaît clairement qu’elle demeure très peu connue et très peu utilisée par le public cible. En effet, les établissements de crédit et de microfinance ne respectent pas les obligations de télé-déclaration. Certaines télé-déclarations sont erronées ou incomplètes. La consultation des données de la plateforme lors de l’analyse des dossiers de crédit ou de la délivrance des instruments de paiement n’est pas systématique ; très peu de requêtes sont adressées au CNEF par rapport aux données centralisées par cette plateforme », constate le président du CNEF. 
Pourtant, exploitée, cette plateforme serait un outil d’aide à la prise de décision pour les établissements de crédit. « La transparence qui est le facteur premier de cette plateforme sert aussi à la qualité des décisions prises par les banques. L’acte de crédit est un acte de confiance. Les banques ont besoin de savoir à qui elles donnent l’argent. C’est donc utile à la fois pour les établissements de crédit et pour le public », a indiqué Jean Paul Missi, président de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun. Les objectifs à terme de la campagne sont, entre autres, l’amélioration du taux de télé-déclaration des données ainsi que leur sincérité ; la restauration de la confiance dans l’usage des instruments de paiement scripturaux ; la correction de l’asymétrie d’information entre les prêteurs et les emprunteurs en conditionnant tout octroi de crédit et de délivrance d’instrument de paiement à la consultation préalable et systématique de la plateforme. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps