Régions

Inondations : il faut libérer les voies d’eau

C’est l’un des impératifs de la cellule régionale de gestion de crise réunie vendredi dernier à Douala.

La cellule régionale de gestion de crise suite aux inondations dans la ville de Douala a tenu sa troisième session vendredi 4 septembre 2020 à Bonanjo, au cabinet du gouverneur du Littoral et président de ce comité de coordination, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua. Il était question, au cours de cette séance de travail, de continuer à évaluer les dégâts et l’impact des inondations dues à la pluie diluvienne du 21 août dernier dans la capitale économique. Une évaluation nécessaire pour un rapport final le plus exhaustif possible. 
A l’ordre du jour, on avait notamment le rapport de la précédente réunion tenue le 27 août 2020 et les interventions des sous-commissions de la cellule. Ces sous-commissions sont au nombre de sept : Orsec recherche, sauvetage et secours (Orsec, Organisation de Réponse de Sécurité civile) ; Orsec abris ; Orsec sécurité ; santé et assistance psychosociale ; communication ; Orsec éducation ; évaluation des besoins post catastrophes et relèvement.
Ces organes opérationnels se penchent entre autres sur l’état d’esprit général de la population, l’impact des inondations sur l’économie de la ville, les opérations contre le désordre urbain et l’incivisme à mener en collaboration avec les municipalités, le recensement des personnes en détresse, l’histoire climatologique de la ville de Douala, le plan régional d’aménagement du territoire, etc.
Plusieurs recommandations ont été formulées par le gouverneur de la région du Littoral au terme de la réunion. Il s’agira de : continuer la sensibilisation de la population et autres acteurs sociaux avec des conseils sur les bonnes pratiques ; appuyer les municipalités dans le curage des drains ; inviter les entreprises commercialisant les bouteilles plastiques à procéder au ramassage après usage ; envisager des mesures de police visage l'interdiction de jeter les ordures hors des poubelles ; arrêter immédiatement l'activité des carrières de sable ; amplifier la capacité de riposte régionale face aux catastrophes.
Autant de points primordiaux au vu du climat, avec d’importantes pluies, même si elles sont de moindre envergure que celles du 21 août, continuent de s’abattre sur la ville de Douala, entrainant d’autres inondations. Et la saison pluvieuse n’est pas terminée.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps