Société

Vacances sans sida : les pairs éducateurs à l’école

Depuis hier à Yaoundé, les animateurs de la campagne sont outillés à la bonne maîtrise du VIH et du Covid-19, avant le début.

Un renforcement des capacités avant le déploiement sur le terrain. Depuis hier au siège de Synergies africaines contre le sida et les souffrances à Yaoundé, 125 pairs éducateurs sont à l’école. Assis à bonne distance les uns des autres et caches-nez bien ajustés, ils suivent par vague, des exposés sur les règles éthiques du pair-éducateur pendant la campagne. Des astuces pour une communication efficace leurs sont aussi données.
La campagne « Vacances sans sida », initiée en juillet 2003 par la première dame du Cameroun, Chantal Biya, à l’endroit de la jeunesse scolarisée et non scolarisée pendant la période des vacances, intervient cette année en pleine crise sanitaire. Malgré ce contexte difficile interdisant les rassemblements, Synergies africaines n’entend pas déroger à la tradition. Les pairs éducateurs ainsi mobilisés vont sensibiliser leurs camarades à travers des causeries éducatives et la distribution du matériel de prévention. Ils vont également les encourager à connaître leur statut et à retirer leurs résultats. Les personnes séropositives seront orientées vers les structures de prise en charge.  
Avant le démarrage effectif de la campagne demain mercredi, l’Ong panafricaine créée par l’épouse du président de la République a tenu à renforcer les capacités de ces jeunes hommes et femmes. D’après Albert Zeh Meka, coordonateur du groupe technique régional de lutte contre le sida pour le Centre, « lorsqu’on les recrute, on n’est pas toujours sûr que tous ont des connaissances requises. Il est donc très important de les mettre au même niveau, afin que la cible soit bien touchée. » Et compte tenu du contexte sanitaire actuel, un accent sera mis sur la sensibilisation à travers les réseaux sociaux. Le temps de mobilisation sur le terrain sera réduit. « Nous n’allons pas procéder par des rassemblements. Ce sera beaucoup plus des entretiens individuels », insiste notre source.
Au bout de deux semaines de déploiement sur le terrain, il est attendu d’eux qu’ils aient réduit les risques de contamination aux IST, VIH et au sida auprès d’au moins 700 000 jeunes élèves, étudiants et sans emploi. L’appel au respect des mesures barrières ne sera pas en reste. D’après Alain Siegfried Moukouri, superviseur de « Vacances sans sida 2020 », « ils ne vont pas sur le terrain pour s’amuser. Il faut qu’ils aient un langage cohérent. On s’assure à travers cette formation qu’ils partent tous à peu près, sur les mêmes bases en termes de connaissances sur le VIH et le Covid-19. » La session de formation s’achève ce mardi, avant le démarrage de la campagne demain autour du thème : « VIH ou Covid-19, protège-toi, reste en vie. »
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps