Sports

« Il faut mettre le pied sur l’accélérateur »

Michel Dissake, directeur du tournoi du CHAN 2021.

Où en êtes-vous avec les préparatifs du Championnat d’Afrique des Nations ?

Nous avons eu une visioconférence avec la CAF qui voulait se rassurer de ce que nous sommes très avancés en matière de préparatifs. Ils ont dû cibler un certain nombre de commissions techniques pour avoir la primeur. Il convient tout de même de rappeler que ces préparatifs ont pris un coup à cause de la pandémie de Covid-19. Donc, au niveau des compétitions, nous avons fait le tour des stades et de tous les autres aspects qui les intéressaient particulièrement. Il est maintenant question pour la partie camerounaise de fixer la date de la dernière visite d’inspection. C’est à partir de celle-ci qu’on pourra faire les derniers réajustements en attendant le début de la compétition.

Avec le Covid-19, quelles sont les choses qui vont changer dans l’organisation de la compétition ?

La commission médicale est à pied d’œuvre. Il y a beaucoup de propositions qui sont faites. Mais, celles-ci doivent avoir l’onction de la CAF. Est-ce que les matches se joueront avec spectateurs ou pas ? Est-ce qu’on pourra accueillir 50% du public ? Certains disent qu’on peut jouer sans spectateurs. Il est peut-être donc question d’encourager les chaînes de télévision à acheter les droits, pour que les spectateurs restent chez eux. C’est tant d’hypothèses. En matière de cérémonie d’ouverture et de clôture, avant la pandémie, on avait pratiquement bouclé ces cérémonies. Maintenant, nous avons proposé deux à trois plans à la CAF, selon que la pandémie persiste ou non. Si elle persiste, on va supprimer les mouvements d’ensemble, pour faire des concerts avec jeux de lumière. Pour l’hébergement des joueurs, on était partie pour deux joueurs par chambre. Maintenant, si la CAF demande qu’il y ait un joueur par chambre, ça devient compliqué. Nous osons croire que si tous les joueurs subissent les tests et qu’ils sont négatifs, les choses ne devraient pas changer. Je pense que notre commission médicale peut insister sur les tests d’avant compétition. Et pourquoi ne pas instaurer des tests pendant la compétition ?

Dès que vous connaîtrez la date de la compétition, sur quoi la direction du tournoi mettra-t-elle l’accent ?

Nous allons commencer à faire des descentes sur le terrain et prendre la température de ce qui est fait. Nous allons aussi encourager les présidents des commissions techniques à faire des descentes parce que la compétition ne se joue pas seulement à Yaoundé. Il est question pour eux de prendre langue avec les responsables de leurs commissions dans les comités de sites pour qu’ils ne se considèrent pas comme des orphelins. Donc, il faut vraiment mettre le pied sur l’accélérateur et être plus opérationnel. On doit être proche de ceux qui vont directement gérer la compétition.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps