Société

« Les équipements acquis renforcent le plateau technique »

Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies au ministère de la Santé publique.

 

Le système sanitaire camerounais a été fortement mis à l’épreuve avec le Covid-19. Qu’est-ce qu’on aura gagné de cette expérience ?

Avec cette pandémie, il y a eu des impacts sanitaires et des impacts socio-économiques. Si on prend les impacts négatifs, on constate que les grands programmes de santé ont chuté. Les gens n’allaient plus à l’hôpital. Le Programme élargi de vaccination ne fonctionnait plus, celui de la tuberculose et du sida aussi. Par contre, nous avons eu bon nombre de retombées positives. Le Cameroun va bénéficier d’une grosse expérience dans la gestion des urgences de santé publique, notamment en termes de coordination. On a aussi bénéficié d’un centre de coordination des opérations des urgences qui va rester avec des démembrements régionaux. Un autre impact positif, c’est que nous allons avoir beaucoup d’équipements. A la fin du Covid-19, ces équipements seront redistribués dans les formations sanitaires et on aura dans chaque hôpital régional, une structure dédiée à la prise en charge des épidémies ou des catastrophes. Le système a aussi gagné parce que nous avons appris à travailler avec les autres administrations. La plupart des équipements vont également aider dans les hôpitaux concernés par la Couverture santé universelle. Donc, on peut dire que la Couverture santé universelle a démarré. La plupart des ambulances acquises vont servir à mettre en place un début de médecine pré-hospitalière et vont nous permettre de couvrir le Championnat d’Afrique des nations et la CAN qui s’annoncent. Mais aussi la couverture sanitaire des élections.

Comment sont affectés ces équipements ?

Tous les équipements acquis dans le cadre du Covid-19 vont d’abord renforcer les plateaux techniques des hôpitaux de troisième et quatrième catégories concernés en premier lieu par la Couverture santé universelle. Ces équipements vont aussi être utilisés dans les centres d’isolement qui ont été créés dans tous les hôpitaux régionaux. S’agissant des équipements roulants acquis, notamment les ambulances, ils servent à organiser les premières bases du Samu qu’il y aura dans les villes de Yaoundé, Douala, et certainement Bafoussam, Garoua et peut-être Limbe. Ces équipements seront bel et bien optimisés.

Au final, comment corriger les défaillances ?

On a mis en évidence que notre système d’accueil des urgences n’était pas prêt. Aujourd’hui, le ministère s’est lancé dans un vaste plan de reprise des grands programmes de santé. Notamment la vaccination mais aussi le renforcement des capacités globales à gérer les urgences. D’ici quelques semaines, nous allons nous déployer dans les régions pour améliorer les capacités de prise en charge non seulement au niveau des formations sanitaires, mais aussi au niveau du pré-hospitalier avec un début de prise en charge des ambulances. Des dispositions sont prises pour que les impacts sanitaires relevés nous servent de leçons.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps