Sports

Crise sanitaire : comment soutenir le mouvement sportif

Mis sur pied il y a deux semaines, par le ministre des Sports, un groupe de travail réfléchit sur la manière d’encadrer désormais les activités.


Comment l’activité physique se pratiquera-t-elle désormais ? Qu’est-ce que les sportifs doivent avoir dans leur sac ? Qu’est-ce qui va changer dans l’organisation voire la participation aux compétitions par les fédérations nationales ? Autant de questions qui devraient trouver des réponses dans le rapport du groupe de travail mis sur pied par le ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouelle Kombi. Le 24 août dernier, une vingtaine de personnes a été nommée afin d’envisager dans quelles conditions pourraient se dérouler la reprise des activités sportives. Evidemment, l’assouplissement des mesures en vigueur actuellement étant l’impératif catégorique.
« Il s’agit de faire des propositions au gouvernement dans la perspective de la relance des activités physiques et sportives. Qu’on le veuille ou non, nous sommes obligés d’évoluer avec la Covid-19. Nous avons donc fait appel à un certain nombre de personnalités, de présidents fédéraux qui nous ont fait des propositions concrètes », révèle Michel Dissake, le président du groupe de travail ministériel. Dans lequel on trouve trois présidents de fédérations sportives nationales à savoir, le médecin Yves Martin Assiga Ahanda, du golf, Serge Abouem, du volley-ball et Seidou Mbombo Njoya, du football. 
En réalité, certaines fédérations nationales ont reçu des orientations de leurs fédérations internationales. « Il y a eu plusieurs protocoles que nous devons adapter sur le plan national dans la perspective de la reprise graduelle et progressive des activités physiques et sportives », poursuit Michel Dissake. Surtout que certains athlètes sont déjà qualifiés pour les Jeux olympiques et d’autres attendent de participer à ces tournois spécifiques. Ils devront donc se préparer par rapport à ces échéances, la date du rendez-vous de Tokyo étant déjà connu. 
Ce changement aura également des incidences financières. Au-delà de l’usage des masques et gels hydro alcooliques, les athlètes, officiels et autres dirigeants seront soumis aux tests avant, pendant et même après chaque compétition. En outre, le matériel de compétition qui était collectif avant la pandémie devient désormais individuel, à l’instar des gourdes d’eau à personnaliser en football, des balances pour les sports de combat ou encore les bols de magnésie en haltérophilie. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps