Economie

Appui à la production agricole : la Banque mondiale en renfort

L’institution financière vient de débloquer la somme de 111 milliards de F pour soutenir l’agriculture dans la vallée de la Bénoué.

En vue d’aider le Cameroun à fournir des services d'irrigation et de drainage durables et améliorer la production agricole dans la vallée de la Bénoué dans la région du Nord, la Banque mondiale a approuvé le 08 septembre dernier un financement de l'Association internationale de développement (IDA). Cette institution de la Banque mondiale qui accorde des dons et des crédits à taux d'intérêt faible ou nul aux pays les plus pauvres vient ainsi d’accorder une enveloppe de 200 millions de dollars (111 milliards de F) au Cameroun. C’est dans le cadre du Projet pour la valorisation des investissements dans la vallée de la Bénoué qui vise l’amélioration des infrastructures et modernisation des institutions. Ledit Projet qui va contribuer à la valorisation des investissements dans la vallée de la Bénoué devrait permettre de sécuriser et de mieux gérer les ressources en eau, notamment l'exploitation des infrastructures hydrauliques. 
Il prévoit dès lors la construction et la réhabilitation d’infrastructures d'irrigation et de drainage, la mise sur pied d’un système d’alerte précoce en cas d’inondations, renseigne le communiqué. Il est aussi question de soutenir la production agricole et l'agro-industrie et renforcer les capacités de la Mission d'études pour l'aménagement et le développement de la province du Nord (MEADEN), structure parapublique en charge de la vallée de la Bénoué.? «?L'irrigation est fondamentale pour assurer la sécurité alimentaire dans cette région soudano-sahélienne très fragile et vulnérable aux chocs climatiques?», indique Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun. Avant d’ajouter que?«?la dimension sociale est au cœur de ce projet, car le développement de la vallée de la Bénoué favorisera la résilience des communautés vulnérables, en renforçant leurs moyens de subsistance et leur écosystème, tout en leur permettant de s'adapter à l'impact des chocs climatiques.?»  
En guise de retombées, ce sont les agriculteurs et les couches vulnérables qui vont en profiter.  « Les femmes, en particulier, bénéficieront d'un accès accru à la terre, au crédit et à des services de soutien, qui leur permettront de mieux faire face aux défis spécifiques auxquels elles sont confrontées. Au-delà des agriculteurs, le projet aura des effets positifs sur le reste de la population rurale et urbaine de cette région, notamment en matière de sécurité alimentaire, du fait de la baisse des prix des denrées alimentaires que devrait entraîner l'augmentation de la productivité agricole », peut-on lire dans le communiqué.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps