Economie

Pépinière nationale pilote d’entreprises : le suivi des diplômés assuré

18 entrepreneurs issus de la première cuvée de cette institution ont reçu le 11 septembre dernier leurs attestations de fin de formation en qualité, hygiène, sécurité et environnement.

18 jeunes entrepreneurs issus de la première cuvée de la Pépinière nationale pilote d’entreprises d’Edéa, ont reçu, le 11 septembre dernier, leurs attestions de fin de formation en qualité, hygiène, sécurité et environnement. Des mains du ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Achille Bassilekin III, et de son collègue du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle (Minefop), Issa Tchiroma Bakary. Ces parchemins viennent ainsi sanctionner des sessions de formation étalées sur quatre jours, soit du 7 au 11 septembre, sur le management de la qualité en agro-industrie, la santé et la sécurité au travail, le management de l’environnement, la composition du système documentaire et communication sur les consignes qualité, hygiène, sécurité et environnement (Qhse), entre autres.  
Dans son discours de circonstance, le ministre des MPE a clarifié le bien-fondé de cette initiative en indiquant qu’au « regard des défis que le Cameroun a besoin de relever, il a davantage besoin de créateurs d’emplois que de demandeurs d’emplois ». Pour ce faire, a-t-il souligné, cette formation en Qhse a pour objectif de « former des entrepreneurs qui intègrent dès la base, des notions liées à la qualité, l’hygiène, la sécurité et l’environnement, dans un marché concurrentiel où la qualité est de plus en plus exigée ». 
En ce qui concerne l’appui financier promis par l’Etat pour accompagner le processus de professionnalisation de ces jeunes, le Minpmeesa s’est voulu clair : « Il faut dire qu’aujourd’hui, dans le cadre de la recherche des financements nous sommes très avancés, parce qu’à la vérité, il s’agit de mobiliser à peine 4 milliards de F CFA. C’est vrai que dans le contexte économique actuel, cela peut paraître une somme conséquente, mais nous avons des partenaires techniques et financiers qui sont déterminés à nous accompagner dans cette dynamique. Parce que les projets de ces 18 incubés vont générer au bout de trois ans, un chiffre d’affaires de l’ordre de 104 milliards de F ». 
Bien avant le Minpmeesa, le Minefop a indiqué qu’en matière de création et de gestion des entreprises, aucune connaissance n’est de trop. Surtout si elles concernent la qualité, l’hygiène, la sécurité et l’environnement. D’où cette formation en Qhse qui a consisté à mettre à la disposition des jeunes entrepreneurs des savoirs qui leur permettent d’être des employeurs aguerris, aptes à faire face aux différents défis liés à la gestion des entreprises. Aussi a-t-il demandé aux 18 lauréats de s’appliquer dans tout ce qu’ils feront au quotidien, pour devenir eux-mêmes les architectes et les bâtisseurs de la Nation camerounaise.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps