Politique

FSNC : trois circonscriptions dans le viseur

Le parti de Issa Tchiroma sera en course dans le Mayo-Louti, la Bénoué et le Diamaré.

La page des supputations et des tergiversations se tourne progressivement. Les choses sont désormais claires. Le Front pour le Salut national du Cameroun (FSNC) présentera des listes aux élections régionales dans les circonscriptions du Mayo-Louti, de la Bénoué et du Diamaré. La décision a été prise samedi dernier à Yaoundé au cours d’une réunion stratégique de la formation politique que préside Issa Tchiroma Bakary. Hier matin, M. Oumarou, l’un des proches collaborateurs du président national du parti, a confirmé l’information à C.T. Après la convocation des collèges électoraux, la décision de présenter une liste dans le Mayo-Louti s’est imposée presque naturellement. Le FSNC est bien coté dans ce département. Il contrôle la mairie de Mayo-Oulo qui compte 41 conseillers municipaux. Mais, la formation politique va devoir affronter la concurrence de l’UNDP et du RDPC. Avec 45 conseillers municipaux, l’Union nationale pour la Démocratie et le Progrès de Bello Bouba Maïgari dirige la mairie de Guider. Le RDPC est en embuscade à Figuil, où avec ses 35 conseillers, il trône à la mairie. Les jeux sont donc ouverts. Les alliances ne sont pas exclues.  
La décision d’entrer dans la compétition électorale dans le Diamaré et la Bénoué, l’un des fiefs du parti, n’a été prise que samedi dernier. Le FSNC a longtemps hésité à se jeter dans la bataille. Le poids électoral du parti dans le contexte des élections régionales n’a pas incité le président national et son état-major à se lancer. Dans le Diamaré, région de l’Extrême-Nord, le FSNC compte 35 conseillers municipaux environ. Dans la Bénoué, région du Nord, ses représentants siègent également au sein des conseillers municipaux. Il contrôle notamment les mairies de Pitoa et de Lagdo. Dans le Nord, ses concurrents sont le RDPC et l’UNDP. Le FSNC est d’ores et déjà en ordre de bataille. Les candidats commencent à rassembler les pièces nécessaires à la constitution des dossiers. Sur ce point, le président national est clair. « Chaque candidat supporte les frais », prévient Issa Tchiroma. Au FSNC, la ligne est tracée. Le parti entend jouer un rôle de premier plan dans le processus de décentralisation qui amorce ainsi un tournant avec la convocation des collèges électoraux pour les Régionales du 6 décembre prochain.  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps