Culture

Eurielle Ewondo : de l’illustration au roman

Dessinatrice au départ, l’écrivaine de 22 ans s’est reconvertie à la fiction et signe sa toute première œuvre, « Netta ».

Une histoire de vengeance qui tourne mal. C’est le cœur de « Netta », le roman de Eurielle Ewondo, 22 ans, publié aux Editions Teham. Elle a vécu l’enfer et compte bien faire payer ses détracteurs. Dans la peau d’une jeune fille tiraillée par la vie et ses coups, l’auteur s’imprègne pour donner corps à ce texte sensible, proche de sa réalité. « Je me suis inspirée des membres de ma famille, d’amis proches, de choses qui se sont réellement passées, même si le gros de cette aventure relève de la fiction », souligne-t-elle. Eurielle Ewondo tombe dans l’écriture des romans grâce à son père, qui l’extirpe de sa bulle, construite autour de l’illustration et de la bande dessinée. Il lui confie un livre de la collection Charles Exbrayat (auteur français de roman policier) : « Deux enfants tristes ». Elle apprécie tellement cette expérience littéraire, qu’elle décide d’écrire ses propres péripéties. Ses camarades de lycée et son professeur de français servent de cobayes. Eurielle Ewondo transforme leur quotidien en fiction, et se crée son petit cercle de lecteurs. 
Ses amis consomment chacune de ses œuvres, et en réclament encore et encore. Alors elle continue sa carrière d’écrivaine, sans penser à se faire publier. Jusqu’au jour où elle se lance dans un concours d’écriture. Insolite : « Netta » est le fruit d’une incompréhension de consigne. « J’étais en première année universitaire quand j’ai décidé de participer à cette compétition littéraire. J’ai mal compris l’intitulé du concours. Il était question d’écrire sur un fait réel qui s’est déroulé au Cameroun, mais moi j’ai plutôt écrit sur tout autre chose. Quelques jours avant la remise du manuscrit, mon père me signale que mon travail ne correspond pas du tout à la commande », se souvient-elle. 
Sur les conseils avisés de ses camarades du club d’arts plastiques de Ngoa-Ekelle à Yaoundé, elle envoie l’ébauche de « Netta » aux Editions Teham. Deux mois, plus tard, le propriétaire de cette maison d’édition basée en France répond favorablement, et c’est l’entrée officielle d’Eurielle Ewondo dans la sphère des écrivains camerounais. Etudiante en troisième année, filière Communication des organisations à l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication de Yaoundé (Esstic), l’avenir idéal serait celui dans lequel elle vit de sa plume. Ainsi, elle pourra marcher sur les pas de son modèle, la romancière américaine aux multiples best-sellers, Danielle Steel. « Netta » est sa toute première œuvre publiée. Elle est déjà pressée d’en produire de nombreuses autres. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps