Exportations de bois : le dispositif de contrôle renforcé

Le directeur général des douanes vient de lancer une mission de surveillance visant à mieux contrôler la régularité de cette activité.

La douane camerounaise vient de lancer, pour une période de trois mois, une opération de contrôle de la régularité des opérations du commerce extérieur portant sur l’exportation du bois. L’opération FILTTRE (Fight Illegal Timber Trade Export) telle qu’elle s’intitule, se fera en synergie avec le ministère des Forêts et de la Faune. En fait, par note de service, le directeur général des douanes a mis en place ce dispositif de surveillance de la régularité des opérations de cette matière. Trois objectifs sont poursuivis : la lutte contre le blanchiment des bois nationaux à travers le faux transit comme mode opératoire, l’optimisation et la sécurisation des recettes à l’exportation, et enfin l’amélioration des statistiques du commerce extérieur portant sur le bois. « Il est question de pouvoir tout d’abord encadrer ce volet à l’orée des grandes exportations pour pouvoir lutter contre les activités illégales. A l’exportation comme à l’importation, il y a toujours des fraudes qui se manifestent. On essaie donc de les circonscrire à l’importation. Il faudra également le faire à l’exportation. Le bois est une essence très prisée de l’extérieur, il fallait au mieux encadrer ce dispositif », explique une source à la direction générale des douanes. 
Trois régions ont été identifiées pour cette opération de trois mois, renouvelable. L’Est avec les localités de Belabo, Yokadouma, Mouloundou ; le Littoral dans son chef-lieu Douala et le Sud avec la ville de Kribi et Djoum. D’après notre source, ce choix n’est pas fortuit car il s’agit précisément des zones qui regorgent de beaucoup d’essences et donc sont plus exposées aux pratiques illégales. Aussi rappelle-t-on, les parcs à bois, les zones industrielles recevront u...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category