Politique

Ouest : l’UDC et l’UMS en course

Le parti de Tomaino Ndam Njoya a déjà arrêté les listes de ses candidats tandis qu’à l’UMS, une réunion est prévue samedi prochain pour le même exercice.


Avec 198 conseillers municipaux contre 75 pour le Rdpc, l’Union démocratique du Cameroun (UDC) est bien partie pour rafler la majorité des 17 sièges du collège des délégués des départements mis en jeu dans le département du Noun. Lundi soir, une réunion du bureau politique élargi aux maires, députés, comités départementaux a siégé jusque tard dans la nuit et arrêté la liste des candidats aux régionales du 6 décembre prochain. 11 critères ont été retenus par le parti pour effectuer le choix des candidats. Entre autres, le militantisme, la participation active aux réunions, le paiement des cotisations, les cartes d’adhésion au parti, la compétence requise, la moralité, les relations avec les camarades du parti, etc. Le parti qui ne va présenter des listes que dans le Noun, son fief, est serein quant à l’atteinte de son objectif qui lui permettra de mieux adresser les problèmes des populations. La réunion était présidée par le président national par intérim, Hermine Patricia Ndam Njoya. 
A l’Union des mouvements socialiste (UMS), l’on se prépare encore pour cette élection régionale. Anne Njonkam, maire de Bafang et présidente départementale du parti dans le Haut-Nkam a convoqué les présidents des comités communaux et les conseillers municipaux à une réunion que va présider le député Pierre Kwemo, le président national de cette formation politique. Cette assise qui va certainement permettre d’avoir une nette idée des candidats investis par le parti se tient ce samedi 19 septembre dès 17h à Bafang. La présence de tous est indispensable, dit la note signée d’Anne Njonkam et dont CT a pu avoir une copie. Bien que l’UMS ait moins de conseillers municipaux que le Rdpc dans le Haut-Nkam, le parti va battre campagne en essayant de convaincre les électeurs de voter ses listes notamment pour le collège des délégués des départements. En rappel, la région de l’Ouest compte un peu plus de 1 200 chefs traditionnels et plus de 1 000 conseillers municipaux qui seront chargés chacun, d’élire respectivement les représentants du commandement traditionnel et ceux des délégués des départements, soit 100 places pour les deux collèges. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps