International

Présidentielle ivoirienne : à chacun sa stratégie

Alors que le parti au pouvoir quadrille déjà le terrain, l’opposition réfléchit sur la possibilité d’une candidature unique.

Le pays des Eléphants vibre déjà au rythme de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Dans les différents états-majors, la pression monte au fur et à mesure qu’approche cette date. Samedi dernier était un véritable test de popularité du pouvoir qui est allé chasser dans l’un des fiefs de l’opposition. Le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) s’est permis un meeting à Yopougon, la plus grande commune d’Abidjan, considérée jadis comme bastion hostile au pouvoir. Sous la conduite d’Hamed Bakayoko, la manifestation a drainé du beau monde. Le Premier ministre qui s’est attiré la sympathie des milliers de personnes présentes, a convié à l’estrade une jeune vendeuse de bananes à qui il a promis séance tenante d’apporter un appui de 5 millions de F pour l’épauler dans son activité. « Désormais, c’est Yopougon d’Alassane, Yopougon d’Alassane, désormais Yopougon est pour Alassane Ouattara ! », a-t-il lancé à la foule. Par la même occasion, l’orateur n’a pas manqué de répondre à Guillaume Soro, actuellement exilé à Paris en France. L’ancien président de l’Assemblée nationale qui a lancé un front anti-Ouattara, a fait savoir que ce scrutin ne se tiendrait pas comme prévu. « Beaucoup de gens parlent de la Côte d’Ivoire mais ils ne savent pas ce que la Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui. Ils ne savent pas que la Côte d’Ivoire a changé. Ils ne savent pas que la Côte d’Ivoire de la jeunesse que l’on peut manipuler, c’est fini ! », a tonné Hamed Bakayoko. 
Dans le camp de l’opposition, l’on mise sur toutes les stratégies pour faire échec au camp d’en face. Notamment l’« Unité d’action» souhaitée par Guillaume Soro, leader de Générations et peuples solidaires (GPS), qui appelle l’opposition à faire front commun. Candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié se dit favorable à « l’unité d’action proposée par GPS et soutenue par le FPI (…) Le PDCI s’associe évidemment à cette démarche ». Pascal Affi Nguessan se dit aussi favorable à cette démarche. Mais, le porte-étendard du Front populaire ivoirien (FPI) s’est montré particulièrement virulent vendredi dernier au cours d’un meeting à l’endroit de Gbagbo, Ouattara et Bédié. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps