Société

Transport clandestin : 17 compagnies menacées de fermeture

Le ministre Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe donne un mois, à compter du 7 septembre dernier, aux promoteurs pour régulariser leur situation administrative.

C'est un avertissement avant la sanction : la suspension des licences de transport et par conséquent, la fermeture de ces compagnies de voyage. Le ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, a sorti le carton jaune le 7 septembre dernier à travers un communiqué. 17 opérateurs de transport interurbain sont visés. Élégance voyage, Vatican express, Trésor voyage,  Celebre Sarl, Dynamique express, Noupa voyage, Satellite voyage, Rapide express, Eca voyage, Butrans Cam, Prestige voyage, Kom Unity express  Ltd, J Original des Bamboutos, Satit  Sarl, CDVS Sarl,  Salomon voyage et Global express.
Ces agences sont épinglées pour défaut d'agréments nécessaires à la pratique de cette profession. Il leur est ainsi demandé de régulariser leur situation administrative. En disposant notamment des pièces requises. Le respect de la loi de juillet 2001 régissant les professions de transporteur routier et d'auxiliaires des transports est visé. Tout comme l’application des dispositions de l'arrêté de février 2006 fixant les conditions et les modalités d'exercice de la profession de gestion de terminaux de transport routier interurbain, entre autres. D'après le directeur des transports routiers, Divine Mbamome Nkendong, « lorsqu'une compagnie n'a pas ces deux agréments, elle est considérée comme clandestine. Ce fonctionnement est en violation des textes en vigueur. »
Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que le ministre des Transports est aux trousses des « sans-papiers ». De telles interpellations ont déjà été entendues et des sanctions ont déjà été infligées à ceux qui n'ont pas voulu respecter la réglementation en vigueur. Comme l'explique notre source, les agréments provisoires de ces agences ont expiré. Elles doivent les renouveler. Le ministre, à travers ce communiqué, agit encore en pédagogue. Passé le délai d'un mois qui leur est accordé depuis le 7 septembre dernier, les contrevenants seront sanctionnés. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps