Politique

Bangangté : les conducteurs de moto-taxis non partants

Ils ont fait une déclaration à cet effet samedi dernier, au moment où certains militants du MRC rejoignaient le camp du Rdpc.

« L’association des mototaxis est une association citoyenne qui veut respecter les lois de la République. Par conséquent, nous pensons que les marches organisées par un certain parti politique de l’opposition sont inutiles. C’est même une folie, un non-sens. C’est pourquoi nous disons à nos camarades de vaquer à leurs occupations mardi. » Innocent Tega, président de l’Association des conducteurs de moto-taxis de Bangangté (Acmotab) s’est voulu serein samedi dernier, au foyer Menoua de Bangangté. Entouré de ses camarades, ce quinquagénaire a rassuré sur la non-participation des acteurs de ce secteur aux manifestations annoncées par le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) pour ce mardi 22 septembre 2020. 
Le président de l’Acmotab a fait cette déclaration au moment où certains militants de ce parti d’opposition dans le Ndé annonçaient également leur démission du parti pour rejoindre les rangs du Rdpc. 
Réunis autour du président du Comité solidarité du quartier 4, Serge Merlin Ndjike, ces militants, plus d’une vingtaine, ont annoncé agir en faveur du renforcement et de la consolidation du processus de décentralisation en cours, dont le point culminant est la mise en place effective des conseils régionaux. Ces instances, disent-ils, constituent le cœur du développement local, c’est-à-dire le développement du territoire pour les territoires et par les territoires. Ils condamnent avec fermeté et énergie l’appel lancé par certains leaders organisant des marches cachant une insurrection populaire à l’effet de déstabiliser les institutions républicaines. 
En arborant leurs nouveaux habits, du parti au pouvoir, les transfuges ont invité les populations à se préparer pour les élections des conseillers régionaux prévues le 06 décembre prochain et réaffirméleur adhésion à la paix, au dialogue et à l’union des valeurs républicaines. Elysée Ewondo Ndjeng, étudiant en médecine à l’université des Montagnes (UDM), présent à cette assise, a porté la voix des jeunes qui veulent la paix, la stabilité, seules garanties pour un lendemain meilleur, dans lequel ils peuvent réaliser leurs rêves. Une marche dans les artères de la ville a clos cette activité politique dans la ville de Bangangté. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps