Politique

Listes de candidatures : dans l’attente d’une suite favorable…

Après les dépôts à Elections Cameroon, les formations politiques attendent d’être fixées au plus tard le 7 octobre.

La fièvre du contentieux électoral des municipales depuis mercredi à la Chambre administrative de la Cour suprême, s’est emparée de plusieurs états-majors de partis politiques. Du coup, les attentions semblent légèrement détournées des régionales, même si le cœur y est. Au Rassemblement démocratique du peuple camerounais, « toutes les énergies sont concentrées sur le contentieux des municipales du 9 février dernier. Nous n’entendons rien perdre. Après, l’on se focalisera sur les régionales », lance-t-on au Comité central de ce parti. Réaction similaire à l’Union démocratique du Cameroun, au Parti camerounais pour la réconciliation nationale, à l’Union nationale pour la démocratie et le progrès et au Parti de l’alliance libérale. On gère le contentieux des municipal en pensant déjà à ce qui pourrait arriver, en cas de rejet de listes de candidatures pour les régionales. « La publication des listes de candidatures aux régionales par Elecam appellera encore ou non à un nouveau contentieux. Vous comprenez pourquoi l’heure est naturellement à la préparation et à la concentration. Mais nous attendons une suite favorable de ce processus », confie Saidou Maidadi, secrétaire à la communication et membre du Bureau politique de l’Undp.
Au Front des démocrates camerounais (FDC) de Dénis Emilien Atangana, c’est déjà la veille et la mobilisation pour la campagne électorale. Le parti a réalisé l’exploit de présenter les listes dans quatre départements sur 58, à savoir le Mfoundi, la Lekié, la Mefou-et-Akono et le Nyong-et-So'o. « Nous sommes sereins. Nous avons traversé l'étape de la constitution des dossiers de candidature avec beaucoup de peine. Il n'est pas aisé d'entrer dans certaines administrations pour signer des documents. Nous espérons que le Conseil électoral tiendra compte de cette difficulté dans le traitement des dossiers. Nous nous préparons déjà pour faire la campagne et vendre notre vision du développement local et durable auprès des grands électeurs que sont mes collègues conseillers municipaux », souligne Dénis Emilien Atangana. 
Parlant justement de l’éventualité de rejet de certaines listes électorales, les partis politiques se défendent. « Nous avons pris la peine de monter nos dossiers selon les règles de l'art comme l'exige le Code électoral. Je pense que Elecam doit tenir compte des délais impartis, des jours non ouvrables pendant la période prévue l'établissement des dossiers et les difficultés que les acteurs rencontrent sur le terrain pour se faire délivrer certains documents », pense Dénis Emilien Atangana. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps