Société

Logements sociaux : le secteur privé se déploie

Le ministre de l’Habitat et du Développement urbain a effectué une visite de travail dans les chantiers de certains promoteurs immobiliers lundi à Yaoundé.


« Logement pour tous, un meilleur avenir urbain. » C’est sur ce thème que se célèbre le 5 octobre prochain la Journée mondiale de l’habitat. Une journée qui vient une fois de plus rappeler le sempiternel problème de logement auquel sont confrontés de nombreux Camerounais au quotidien. Mais il est aussi question de faire bouger les lignes dans le secteur de l’habitat. En prélude à cet événement, le ministre de l’Habitat et du Développement urbain a visité lundi quelques projets des promoteurs immobiliers à Yaoundé et ses environs. Célestine Ketcha Courtès était accompagnée pour la circonstance du Secrétaire d’Etat en charge de l’Habitat, Marie Rose Dibong et de plusieurs responsables du secteur de l’habitat. Le ministre est ainsi allé toucher du doigt les projets réalisés sur le terrain par ces promoteurs immobiliers privés.
Premier arrêt du Minhdu, Simbock au lieudit Ebanda dans la Mefou-et-Akono. Elle a marqué l’escale sur une superficie de 12 hectares, avec une projection de 227 logements moyen et haut standing à construire. Ce grand ensemble immobilier sera constitué de centres de loisirs sportifs et un centre commercial, entre autres. En dépit des difficultés foncières et financières, Anicet Ondoua, est en pleine construction de sept logements grâce à un prêt  contracté au Crédit foncier du Cameroun. Autre escale, sur la route de Mfou au lieudit Mendong II, où le promoteur Denis Essono Nga occupe 11 hectares de terrain avec pour ambition de bâtir pas moins de 150 logements, toutes commodités comprises. Ici, comme dans les autres chantiers visités, les promoteurs sont presque confrontés aux mêmes difficultés, notamment, l’accès au foncier, aux financements et aux coûts exorbitants des logements. Face à ces préoccupations, le Minhdu a promis de jouer sa partition, notamment dans l’accompagnement de ces investisseurs immobiliers, afin qu’ils délivrent des logements décents et abordables. Le but étant d’éviter les occupations anarchiques et la prolifération des bidonvilles qui créent les inégalités. « J’ai été agréablement surprise de voir qu’il y a de beaux projets. Il manque cependant de l’organisation, mais également la formation et la confiance sont à rétablir entre les institutions de financements et ces promoteurs. Un lien qu’il faut absolument établir avec le Minhdu qui doit assainir ce secteur et permettre aux professionnels de délivrer davantage de logements », conclut le Minhdu.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps