Economie

Matériaux de construction : distinguer le vrai du faux…

Produits légaux et contrefaits inondent le marché, créant parfois la confusion au sein des consommateurs.

Les effondrements d’immeubles sont, dans bien des cas, le triste résultat de l’usage des matériaux de construction contrefaits. Des évènements qui endeuillent parfois des familles entières. Du fait de l’ignorance ou tout simplement de l’insuffisance des ressources financières, nombre de promoteurs immobiliers achètent des matériaux de construction contrefaits.
« Tous les matériaux de construction possèdent des caractéristiques physiques en termes de poids, dimensions, textures et des caractéristiques intrinsèques propres à la nature du matériau lui-même. Ces caractéristiques sont disponibles sur la fiche technique. Il y a non-conformité lorsqu’il existe des écarts entre les données disponibles sur la fiche technique et les données obtenues au laboratoire après avoir effectué des tests de vérification sur un échantillon du matériau concerné », explique Simplice Feuzeu Feugang, ingénieur de génie civil, qui souligne que la contrefaçon a lieu quand le fabricant n’est pas agréé et fonctionne dans la clandestinité, quand bien même ses produits seraient conformes aux fiches techniques.
Contrairement aux grandes entreprises très visibles, les petites unités de fabrication de matériaux de construction fonctionnant dans la clandestinité alimentent le marché. C’est le cas par exemple pour les consommables en plomberie, électricité, peinture… A Douala, des fils de fer sont utilisés dans la fabrication des câbles électriques en lieu et place du cuivre. Le matériel électrique contrefait tel que les rallonges, les boitiers pour prises, les interrupteurs etc. est à l’origine de nombreux incendies. Un matériel massivement importé d’Asie et d’un pays voisin. Des importations frauduleuses qui font en outre perdre d’importantes sommes d’argent à l’Etat camerounais. Il en est de même des matériaux tels que les fers à béton, les clous et les tôles non conformes aux normes et par conséquent peu résistants, mais bon marché.
Encore que dans ce volet commercial, les matériaux contrefaits sont parfois vendus quasiment aux mêmes prix que ceux marqués du sceau de l’authenticité et de la légalité. Dans ce marché de dupes, il faut ouvrir l’œil et avoir une bonne connaissance des marques à la réputation établie. Chaque matériau de construction doit répondre aux normes fixées par l’Agence des normes et de la qualité (Anor), qui vérifie également la conformité des matériaux importés. En tout état de cause, notre source conseille aux consommateurs des matériaux de construction de faire recours aux spécialistes qui disposent d’une expertise avérée dans le domaine du bâtiment, et d’y investir les moyens financiers nécessaires. Il y va de la sécurité des personnes et des biens.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps