Société

Douala : ils espéraient 15 millions pour des ossements

Un groupe de quatre jeunes, tous dans la vingtaine, a été appréhendé par la gendarmerie il y a quelques jours à Douala, en possession d’ossements humains.

Les concernés voulaient écouler cette sinistre marchandise, obtenue après exhumation du corps d’un nommé Mezap, mort il y a trois ans et enterré dans la localité de Kouoptamo, située dans le département du Noun, région de l’Ouest.

Selon des informations obtenues hier à la 2e Région de gendarmerie, ce quatuor de trafiquants d’ossements fait partie d’un groupe plus large, comptant en fait sept personnes, qui ont fait de l’exhumation des corps une vraie spécialité. Sauf que ce « métier » a des risques, comme les suspects appréhendés vont le constater.

Les pandores ont été alertés par un citoyen qui, en surfant sur le Net, a eu vent de l’opération : les trafiquants auraient carrément communiqué au sujet de leur business sur le réseau social Facebook. Des éléments de la brigade de lutte contre le grand banditisme se sont alors mis à leurs trousses. D’après nos sources, un preneur avait déjà été trouvé, prêt à débourser 15 millions de francs pour les ossements exhumés. Mais les rêves d’enrichissement rapide de ces jeunes vont se heurter à la perspicacité des gendarmes. Aux dernières nouvelles, les trois autres membres du gang restent activement recherchés. On suppose que ces déterreurs se sont terrés quelque part…

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps