Transition au Mali: Nana Akufo-Addo optimiste

En visite dimanche à Bamako, le président en exercice de la Cedeao et président du Ghana a exhorté les nouvelles autorités à respecter leurs engagements.

Le président en en exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et président du Ghana est reparti dimanche satisfait de Bamako au terme d’une série d’entretiens en matinée avec les nouvelles autorités maliennes. Accompagné pour la circonstance de l’ancien président nigérian et médiateur en chef de la crise malienne, Goodluck Jonathan, et de Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cedeao, Nana Akufo-Addo a eu des échanges avec le président de transition, Bah N’Daw, et le vice-président de transition et chef de la junte, le colonel Assimi Goïta. Il s’est également entretenu avec Moctar Ouane, le Premier ministre de transition. Au cours de la conférence de presse qui s’en est suivie, l’hôte de Bamako a dit garder espoir pour la suite de la transition. « Pour le moment, toutes les actions entreprises par les autorités de transition nous donnent bon espoir qu'elles tiennent les engagements pris envers nous », a-t-il déclaré.

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

La mission de la Cedeao a par ailleurs félicité l’équipe en place pour les bonnes intentions affichées jusqu’ici, notamment la nomination d’un civil comme Premier ministre et la libération des personnalités interpellées lors du putsch du 18 août dernier dont l’ex-Premier ministre Boubou Cissé.  Nana Akufo-Addo et sa délégation n’ont pas manqué d’inciter les autorités de transition à mettre rapidement en place le Conseil national de transition (Cnt), l’organe législatif, et à élaborer une feuille de route claire afin que dans 18 mois, le témoin soit passé à un président démocratiquement élu. Le président en exercice de la Cédéao « a exhorté les autorités de la transition à finaliser le calendrier du processus électoral pour arriver aux élections présidentielle et parlementaires dans le délai indiqué », souligne le communiqué final de la Cedeao. Avant de quitter Bamako, le président ghanéen a insisté sur le fait que le Mali doit renforcer sa collaboration dans la sécurité sous-régionale.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Vendredi dernier au cours du tout premier Conseil des ministres qu’il présidait, Bah N’Daw a tenu à rassurer l’opinion quant à la détermination de son équipe à passer la main à un pouvoir démocratiquement élu. « Notre pays doit renouer avec la pleine légalité constitutionnelle, avec un président de la République élu dans les délais prescrits, et si possible avant », a-t-il déclaré. Reste à présent la dissolution du Comité national pour le Salut du peuple (Cnsp), la junte militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août dernier.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category