Rentrée académique : au tour des étudiants

L’Université de Yaoundé I se prépare à accueillir ce 15 octobre les nouveaux étudiants du campus

Dernier coup de balai hier à l’Université de Yaoundé I. Bruits de tondeuses, coups de peinture, nettoyage des amphis. C’est l’ambiance qui règne ce mardi 13 octobre 2020 au campus de Ngoa-Ekelle. À la Faculté des arts, lettres et sciences humaines (FALSH), le doyen, s’assure des derniers réglages. Sur sa table de travail du Pr Christiane Ewane Essoh, un rapport de la dernière réunion stratégique tenue avec le recteur de l’Université de Yaoundé I, le Pr Maurice Aurelien Sosso la semaine dernière. Entre autre points à l’ordre du jour de ces assises, le chronogramme des activités. « Il indique l’accueil des étudiants le 15 octobre, mais les cours démarrent effectivement le 19. Quant au contexte sanitaire actuel, des dispositions ont été prises depuis le début de cette pandémie à savoir, la robinetterie physique et mobile dans les amphithéâtres, la distanciation spéciale au niveau de l’équipement proprement dit, les thermoflash qui seront utilisés par une brigade formée qui nous accompagne. Avec beaucoup de prudence, nous allons rester dans le modèle d’hybridité pédagogique qui consiste à associer la digitalisation des enseignements aux cours en présentiel », a souligné le doyen de la FALSH. Par ailleurs, dès la semaine prochaine, il est prévu un dépistage massif du Covid-19 pour un bon départ des cours. « On va tester tous les enseignants, tous les personnels d’appui, tous les commerçants qui sont autorisés à vendre sur le campus dès la semaine prochaine », a-t-elle poursuivi.

Dans les décanats, l’ambiance habituelle des étudiants qui font foule n’existe presque plus. Pour cause, les préinscriptions se font en ligne. Au Centre universitaire des technologies de amphithéâtres, l’information (CUTI), communément connu sous le nom de Centre de calculs, le chef de la cellule Fritz Makembe explique que l’affluence se fera ressentir à partir de la semaine prochaine, au moment du dépôt des dossiers, en ce qui concerne les bleus. « Pour le moment, les étudiants qui ont obtenu leur baccalauréat et leur DGEA ont du mal à boucler leurs préinscriptions, car ils n’ont pas encore leurs relevés de notes. Or, sur la plateforme des préinscriptions, ce sont des informations obligatoires à fournir », explique-t-il. Néanmoins, ces futurs étudiants sont rassurés par des mails envoyés par Fritz Makembe et son équipe. Les informations concernant les notes obtenues au baccalauréat et la photocopie conforme du relevé de notes peuvent être complétées plus tard.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category