Interview : « Je n’avais pas totalement mesuré l’ampleur de ce projet »

Françoise Mbango, promotrice de l’Institut des Sports et de l’Education physique éponyme.

Au moment où vous finalisez la rentrée officielle de l’Institut privé qui porte votre nom, quel sentiment vous anime ?

Je suis un peu fatiguée parce je n’avais pas totalement mesuré l’ampleur de ce projet lors de son lancement. Il est vraiment immense. En même temps, je suis totalement satisfaite parce qu’il y a les étudiants qui sont venus s’inscrire. Ça me rassure déjà. Il y a des parents qui sont venus se rassurer que c’est bien moi qui suis la promotrice. Ils m’ont dit : comme on sait que c’est vous, on est sûr que ce sera quelque chose de bien. Nous sommes déjà prêts à accueillir au moins 200 étudiants. Ça me motive vraiment à continuer. Je me dis que je tiens le bon bout.

Pour ce qui est des enseignants, nous avons aussi reçu beaucoup de demandes de leur part, montrant leur disponibilité à accompagner le projet.

Les apprenants de toutes les filières prendront-ils le départ de demain matin ?

On va effectivement commencer avec les sciences et techniques des activités physiques et sportives et le management. Nous avons eu une séance de travail avec les responsables académiques et les futurs enseignants le week-end dernier. Nous avons donc convenu qu’étant donné que beaucoup de potentiels étudiants attendent les résultats de l’Injs, nous allons commencer avec des thèmes pour ceux qui se sont déjà inscrits. Nous verrons leur projet professionnel dans le domaine en développant certains thèmes avec eux. Ces échanges vont se dérouler dans l’après-midi alors que la matinée sera consacrée à la préparation physique généralisée. Toutes les filières vont commencer au même moment, ne serait-ce que pour les deux premières semaines. C’est au fur et à mesure que nous mettrons chaque apprenant dans sa filière. 

Quelles sont les particularités de cet Institut ?

D’abord, nous ne nous situons pas au-dessus des structures en place, qui font dans le domaine. Nous venons en appui à l’Etat dans le cadre de la formation en sciences sportives. Le besoin est énorme et la demande y est. Ensuite, nous pensons pouvoir accompagner les jeunes de leur sortie de l’école jusqu’à leur intégration, si possible, dans diverses structures. Je n’ai pas eu cette idée juste pour former les professeurs de sports, mais bien pour améliorer le sport camerounais d’abord. Enfin, ils auront le privilège d’être accompagnés par la double championne olympique. Je partagerai mon expérience avec eux. Je vais également convier d’autres sportifs et aussi les grands noms étrangers qui viendront intervenir dans le cadre d’échanges d’expériences. J’ai une très grande vision. Ma satisfaction n’est pas d’ouvrir, c’est d’atteindre un objectif. Ma principale vision est que le sportif de haut niveau au Cameroun ait un statut. Pour le comprendre, il faut savoir que le sport est une science dans toute sa composante. Si j’y parviens, je serai très satisfaite.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category