Politique

Port de Douala : de nouveaux engins nautiques en service

La nouvelle flotte a été inaugurée hier par le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute.

On affûte les armes de la compétitivité au Port autonome de Douala (PAD). En qualité de représentant personnel du chef de l’Etat, le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, s’en est rendu compte hier à la zone portuaire. A la faveur de la cérémonie d’inauguration et de mise à l’eau des nouveaux engins nautiques du PAD, Joseph Dion Ngute a pu vivre cette prophétie du président Paul Biya en 2011, qui voyait en Douala, un port de référence. Référence pour le Cameroun, bien évidemment, mais davantage un pole de développement stratégique dans le golfe de Guinée et en Afrique centrale.  Avec la visite de travail du chef du gouvernement à la principale porte d’entrée et de sortie des marchandises du Cameroun, le public, venu nombreux, au quai 11 du port autonome de Douala, a pu se rendre compte que malgré les contingences de la Covid-19 ou encore de l’instabilité liée à l’insécurité, le Cameroun a des atouts économiques. Les nombreux membres du gouvernement, les directeurs généraux des entreprises publiques et parapubliques, le secteur privé, représenté par les investisseurs nationaux et étrangers, ont ainsi été témoins de ce que le Cameroun demeure attractif.

 Avant de se rendre à la cérémonie protocolaire sur la rive gauche du Wouri, le Premier ministre et son importante suite, guidée par le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, et le directeur général du port autonome de Douala, Cyrus Ngo’o, ont touché du doigt les aménagements actuels de la place portuaire. Le réseau routier bitumé long de 30 Km, les 28 ponts bascules en cours de construction, les guérites de sécurité pour le contrôle des personnes et des biens, les 450 caméras de surveillance, le duc d’Albe pétrolier (terminal pétrolier) pour permettre aux bateaux de bien accoster afin d’assurer une bonne livraison des produits pétroliers ont permis au chef du gouvernement de voir que la place portuaire bouge. Sur cet espace de 1000 hectares dont 600 actuellement en exploitation, il y a du boulot pour les 12 00 personnels du PAD. Un personnel qui s’illustre par sa compétence. La maîtrise des opérations à la Régie du Terminal à Conteneurs a été signalée dans la prise de parole du directeur général tout comme l’enlèvement des épaves pour faire de la place à l’activité commerciale.

 En ce moment, tout est mis en place pour que le port de Douala fasse entrer de l’argent dans les caisses de l’Etat. Solennellement, le directeur général a pris cet engagement hier. Et comment ne pas le relever : Cyrus Ngo’o, dans un environnement pas toujours favorable, a su faire implémenter les directives du gouvernement sur la place portuaire. Ici, l’enjeu se trouve dans la détermination des pouvoirs publics à s’arrimer à la quête de performance, d’attractivité et de compétitivité. Et souvent, la compétitivité de ce port d’estuaire a été remise en cause du fait de l’envasement des 25 km de la partie inférieure de son chenal long de 50 km. Le gouvernement a donc décidé de mettre les moyens qu’il faut : un peu plus de cinq milliards de F pour acquérir une flotte qui permet désormais au PAD de faire le dragage en régie. L’expertise nationale est valorisée. Le Cameroun gagne aussi beaucoup d’argent pour ne pas dire que le PAD fait des économies. Pour ce bon travail, le Premier ministre, le ministre des Transports, le ministre de l’Eau et de l’Energie et le gouverneur de la région du Littoral ont épinglé des décorations dans les divers grades des ordres nationaux, au PCA, au DG, au DGA du PAD ainsi qu’à quelques collaborateurs méritants.

 Suffisant pour que Joseph Dion Ngute procède à la mise en eau des équipements qui assistaient, passifs, à la cérémonie. « Au nom du président de la République, je déclare inaugurés, les engins nautiques, acquis par le port autonome de Douala », prononcera le PM avant d’actionner la sirène à l’intérieur du Mont Mandara au terme de la visite de l’engin. Fait singulier, la présence des chefs traditionnels des localités dont les engins portent les noms. En leur présence, les chefs Sawa ont procédé à la bénédiction des nouveaux équipements pour que le PAD vogue dans des eaux paisibles.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps