International

RDC : 22 millions de personnes exposées à la famine

Un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture met en cause le Covid-19 et l’insécurité.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) tire la sonnette d’alarme sur l’insécurité alimentaire qui touche certaines parties de la République démocratique du Congo (Rdc). Le dernier rapport de cette agence onusienne fait état de près de 22 millions de personnes confrontées à ce fléau.

Il s’agit de l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu, du Tanganyika et du grand Kasaï qui en sont particulièrement secouées. A l’origine de cette situation catastrophique, la Fao accuse l’insécurité, les conflits interethniques, les conflits armés et la pandémie à Coronavirus. « Toutes les mesures qui ont été prises par les gouvernements, de fermer les frontières, de ne plus permettre les déplacements entre provinces en Rdc, il y a certaines provinces qui sont très vulnérables. Dès que Kinshasa ne peut pas s’approvisionner, effectivement, les gens retombent dans une situation d’insécurité alimentaire comme on la connaît aujourd’hui. Il y a une carte que l’on peut regarder, et elle montre bien que là où il y a eu tous ces fléaux, l’insécurité alimentaire a augmenté. Tous les territoires en Rdc ont été impactés, mais certains beaucoup plus que d’autres », souligne Aristide Ongone Obame, représentant de la Fao en Rdc.

Ce rapport fait suite à une précédente alerte lancée en août dernier par le Programme alimentaire mondiale (Pam). « Sur les 100 millions de personnes que compte la Rdc, quatre sur dix souffrent d’insécurité alimentaire, selon les données les plus récentes à l’échelle du pays », avait déclaré Elisabeth Byrs, porte-parole du Pam à Genève, au cours d’un point de presse virtuel.

Le rapport faisait alors état de 15,6 millions souffrant de « crise » de la faim ou « d’urgence » alimentaire. Claude Jibidar, représentant du Pam en Rdc, stigmatisait pour sa part « des conflits et des décennies de combats ethniques brutaux et opportunistes ont forcé des millions de civils à quitter leurs foyers, souvent à plusieurs reprises ». « Tant de Congolais sont au bord du gouffre, et risquent encore plus de se retrouver au bord du gouffre. Le monde ne peut pas laisser cela se produire, bien qu’il s’inquiète, à juste titre, du lourd tribut que la Covid-19 fait payer aux vies et aux moyens de subsistance ailleurs», déclarait-il.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps