Sports

Ouvrage : le droit du sport se vulgarise

Une revue publiée par l’Association camerounaise des avocats du droit du sport ambitionne de rendre accessible au public cette branche.

C’est un premier volume qui se positionne en pionnier dans un domaine au-devant de la scène à la faveur du conflit actuel entre la Fédération camerounaise de football et la Ligue de football professionnel du Cameroun. En effet, « La revue camerounaise du droit du sport » pour la période de juillet à décembre 2020 semble tomber à point nommé. Question d’édifier un public parfois ignorant des nuances de cette branche identifiée à l’échelle internationale comme un marché nouveau du droit.

« La revue vise non seulement à promouvoir le droit du sport à travers la mise à disposition des textes relatifs au mouvement sportif, tant sur le plan national qu’international, mais aussi à introduire dans notre environnement un débat nourri, à partir de contributions originales, d’articles de doctrines, de commentaires de décisions. Lesquels contribueront à terme au bon rendu de la justice sportive, à l’émergence d’une jeune génération d’experts camerounais en droit du sport et à la professionnalisation du mouvement sportif dans notre pays », précise Jean Jacques Nouyadjam, président de l’Association camerounaise des avocats du droit du sport et directeur de publication de ce premier numéro.

Ainsi, on (re)découvre la législation avec la loi du 11 juillet 2018 portant organisation et promotion des activités physiques et sportives au Cameroun. Le lecteur a également droit à deux cas de jurisprudence concernant l’affaire Académie des étoiles de Manengoumba contre Stade renard de Melong, et celle opposant Ngatchou Nkwissanga Théodore à As Etoa Meki. Deux cas qui, selon les observations de Gislain Tsasse Saha, docteur en droit privé dans l’ouvrage, « posent le problème des règles de compétence et de procédure applicables devant la Chambre nationale de résolution des litiges de la Fecafoot ».

 Tout aussi intéressant, la Revue s’attarde dans une section « doctrine » sur trois points : la responsabilité pénale des footballeurs professionnels au Cameroun ; le contrat de travail des joueurs sur le plan national et le renforcement du système d’indemnisation des victimes d’accidents sportifs en droit camerounais. Des sujets, qui on l’imagine, devraient intéresser les sportifs camerounais très peu au fait de leurs droits et devoirs sur le plan juridique. En attendant le prochain volume, « la Revue camerounaise… », publiée aux éditions Dinimber et Larimber, est disponible au prix de 10 000 F auprès de l’Association camerounaise des avocats du droit du sport.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps