Economie

Filière volaille : poulet moins cher, dérivés à prix d’or

Alors que le poulet de chair est en abondance dans les marchés, œufs, poussins et provende sont par contre hors de prix.

Le prix du poulet semble revenir à la normale dans les marchés de la ville de Yaoundé, mais ce n’est pas le cas de ses produits dérivés : poussins, œufs et provende sont vendus très cher. Hier au marché Mvog-Ada à Yaoundé, fief de la vente de poulets de chair et de pondeuses dans la capitale, on note une abondance du produit, et côté prix, il est globalement abordable. Le poulet de chair est vendu selon son poids. Celui de 2 kilos (45 jours), déplumé, vaut par exemple 3500 F.

Les plus gros coûtent environ 4500 F, et la pondeuse 2500 F. « Il n’y a pas grand un grand changement dans les prix », estime Marie-Thérèse Nguepnang, ménagère. Elle vient d’acheter quatre pondeuses à 10 000 F, même si elle s’étonne cependant de la subite augmentation du prix des œufs. « Je viens de prendre deux alvéoles à 4000 F au marché, c’est incompréhensible », explique-t-elle.  En effet, dans les marchés et boutiques de la ville, le prix de l’alvéole a été revu à la hausse. Il est vendu entre 2200 F et 2400 F. Les commerçants semblent ne pas avoir d’explication plausible à donner, sauf que le prix d’achat fixé par les grossistes est très élevé. « J’ai envoyé mon fils m’acheter une alvéole, il l’a eu à 2500 F », s’étonne Solange Abena, une ménagère au quartier Ngousso. Au marché Mvog-Mbi, hier, le carton de 24 petits œufs était vendu à 2000 F au lieu de 1500 F comme de coutume.

La provende a également subi une augmentation de prix selon les éleveurs. Depuis quelques mois, le sac coûte 16 500 F au lieu de 14 000 F. Les éleveurs expliquent que les poussins âgés d’un jour sont devenus rares et coûteux. Aujourd’hui, un poussin est vendu à 600 F, voire 750 F au lieu de 400 F dans les fermes situées à Yaoundé ou aux alentours.

Jeanne Amougou, qui fait dans l’élevage de poulets de chair explique qu’il y a encore quelques mois, elle se procurait un poussin dans des coûts compris entre 350 F et 400 F. « Dernièrement, j’en ai acheté 200 à 700 F le sujet », se plaint-elle. Un autre grand éleveur croit savoir que même si les prix des poussins sont en hausse, c’est surtout aussi à cause des intermédiaires qui se sont insérés dans la filière, faisant par conséquent grimper les prix. Selon lui, le poussin coûtait entre 350 F et 400 F, aujourd’hui les accouveurs le proposent à 500 et 550 F, pendant que les démarcheurs les revendent à 700 F.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps