Politique

Littoral : la liste UPC réhabilitée dans le Wouri

C’est le seul recours sur les quatre inscrits à l’audience publique pour le règlement du contentieux, à avoir connu une suite favorable au Tribunal administratif hier à Douala.

Il est 9h 15 mn quand la collégialité du Tribunal administratif de Douala, conduite par le président Enyouman N. Moïse, fait son entrée dans la salle d’audience du Tribunal administratif de Bonanjo. Elle a quatre recours à examiner. Trois du commandement traditionnel opposant dans le Moungo, SM Moukete Ngoh Magellan à Elecam, demandant le rejet de la liste de candidature conduite par Njocke Essame Maurice, et celui de SM Djengue Nkake Josué contre Elecam, requérant le rejet de la liste de candidature avec pour tête de liste Moukete Ngoh.

Dans le Nkam, SM Benga Paul Daniel Gustave contre Elecam et demandant le rejet de la liste conduite par sieur Edimo Alexandre Martin et enfin, le recours de Douala Epale Salomon pour la validation et la réhabilitation de la liste de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) qu’il conduit pour les régionales dans le Wouri. Il lui aura fallu pour cela près de quatre heures de débats passionnés quelquefois, pédagogiques aussi, mais toujours empreints de respect.

En ce qui concerne les recours du commandement traditionnel, il a essentiellement été question de la non-prise en compte de la composante sociologique, de la contestation du titre de certains chefs traditionnels, notamment dans le Nkam et le Moungo.

Elecam et le ministère public ont, au regard de la loi et du Code électoral, mis l’accent sur la notion de composante sociologique, le législateur étant resté muet sur les quotas à imposer ici et là en l’état actuel de la loi. La circonscription électorale dans le cadre des régionales étant le département, et si les listes doivent être l’émanation de la représentation de la chefferie traditionnelle, il est difficile voire impossible de satisfaire tout le monde, si on s’en tient au nombre de places en lice par circonscription.

La représentativité dans le commandement traditionnel a également fait l’objet d’intenses joutes oratoires, d’aucuns estimant que les chefs de 1er degré avait la priorité dans les listes de candidature, ce que ne dit pas le Code électoral. C’est ainsi que les requêtes de leurs majestés Mouketé, Benga et Djengue Nkake Josué ont été, bien que jugées recevables, rejetées parce que non fondées. Celle de l’UPC, introduite par Salomon Douala Epale, tête de liste dans le Wouri, a été jugée recevable, fondée et Elecam s’est engagé à sa validation et à sa réhabilitation.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps