Révisions des cours: Le défi de la concentration

Pour nombre de parents, l’hyperactivité des enfants ou l’inattention constituent un obstacle aux bonnes notes.

« Je lui fais des cadeaux ou des promesses de cadeaux. Il sait qu’en général, je réalise ce que je promets ». Lydia T. a opté pour des éléments de motivation avec son fils de six ans. Et elle est très fière d’elle, au regard des résultats. « Il est plus motivé et se précipite même pour me montrer les devoirs qu’il fait, avant que je ne demande. Je fais tout pour éviter le fouet avec lui, au risque de le renfermer davantage », ajoute-t-elle. La mère a repris le pouvoir sur la paresse et la démotivation passagère son fils. L’élève en classe de Cours élémentaire deuxième année (CEII) était devenu accro à la télévision et aux jeux, délaissant les révisions. Après de longues vacances, pas évident de retrouver les bons réflexes.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Pour les plus grands, ce n’est pas aussi simple. A un moment, Boniface M. en a voulu à son fils. L’adolescent a tendance à n’en faire qu’à sa tête. « A un âge, il ne faut pas lever la main sur l’enfant. Quelqu’un m’a juste dit que cet enfant est le reflet de celui que j’étais plus jeune. Hyperactif pour tout dire. J’ai donc appris à regarder la situation différemment », explique-t-il. Ni la patience, ni les récompenses, ne fonctionnent toujours. Carine Marcelle J. en fait l’expérience depuis que son fils a découvert l’école, il y a cinq ans. Aujourd’hui, elle se sent un peu débordée. « Mon fils est très dispersé quand on travaille. Je suis parfois obligée de lui crier dessus et ensuite de le flatter. Il a commencé à se comporter ainsi depuis son entrée au primaire l’an dernier. J’ai compris que lever la main sur lui n’était pas la bonne méthode.»

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

Pour motiver leurs enfants, certains parents n’hésitent pas à adopter des activités alternatives. Chant, danse, peinture, promenades, sortie en famille. « Pendant les révisions, nous avons introduit de petites pauses de chant ou de danse et il revient plus aisément à lui. En plus de cela, il doit être couché à 20h au plus tard pour se reposer suffisamment », souligne Carine Marcelle J. Jodie Chemegne a réussi à dompter ses deux fils. « Mon dernier a quelques soucis de concentration. Il suffit que je demande de ne plus se comporter comme un bébé et j’observe un vrai changement. Surtout chez le plus petit de cinq ans. Je donne très souvent de la banane à son aîné, en attendant de voir si cela fonctionne », dit-elle. D’une maison à l’autre, d’un élève à l’autre, la formule n’est donc pas universelle pour les parents. Tout comme pour ces apprenants en quête de stabilité et d’assurance.

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category