Culture

Espaces culturels: Que le spectacle recommence !

Espaces culturels Que le spectacle recommence !

La salle de spectacle de l’Institut français du Cameroun antenne de Yaoundé a repris du service. Du 8 au 10 octobre dernier à l’occasion de la première édition du festival « Part’Ages », des artistes de l’univers du théâtre, du conte et de la musique, se sont retrouvés dans cet espace culturel. Qui dit shows, dit spectateurs. Le public, sans lequel la culture ne se vivrait qu’à sens unique, du point de vue des auteurs, a répondu à l’appel. Sauf qu’en pleine crise sanitaire due au Covid-19, les paramètres sont complètement différents. En termes de respect de la distanciation physique notamment.

Quelques mois avant la réouverture de l’IFC, les responsables de la communication révélaient que « la salle était en travaux, pour accueillir dans les normes, les férus d’art en quête de sensations nouvelles ». Et les résultats sont visibles. Face à la scène, les sièges sont disposés dans l’idée de garder une distance entre les spectateurs. Des écriteaux installés, une place sur deux, signifient que les emplacements sur lesquels ils sont fixés sont interdits d’occupation. Chaque membre du public est sommé de rentrer muni de son masque. Dans les différents communiqués de l’IFC, on peut lire cette phrase : « Votre médiathèque vous accueille sur rendez-vous ». Effectivement, par entrevue téléphonique, les abonnés à la médiathèque sont admis à reconnecter avec les livres, les vidéos et autres supports proposés en ces lieux. Ceci pour s’aligner sur la mesure visant les 50 personnes à contenir dans un espace public. Et dans de nombreux centres culturels, la politique c’est désormais : premier appel, premier servi.

Dans les autres espaces culturels, qu’il s’agisse des musées, des centres, des salles de cinéma, de concerts, etc., toutes les mesures barrières sont observées avec soin, car comme le répètent plusieurs promoteurs culturels et artistes approchés, « ce n’est pas par la culture que passera la propagation de la maladie ». Internet est également une voie de sortie pour tous, en ce qu’il est devenu le moyen idéal pour obtenir des scènes virtuelles enrichissantes, où l’art se vit et s’apprécie tant bien que mal. L’IFC encore a su l’expérimenter avec son concept la « Nuit blanche », tout comme l’Institut Goethe qui a diffusé en ligne et en présentiel (50 personnes sous invitation) ses premiers spectacles de l’année. Des festivals et autres rencontres comme le Ciné Club Nka’h ont pu se tenir à la salle Sita Bella, avec le port du masque oblige, et la notion de distanciation bien présente dans toutes les têtes. Des espaces comme Bolo Art à Douala, le Restaurant La Terrasse et Quartier Mozart à Yaoundé, ont récemment organisé des expositions d’art plastique, là également sans difficulté, ni incident, mais toujours avec l’ambition de promouvoir les œuvres de l’esprit.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps