Contrefaçon: Deux usines clandestines démantelées

Scellées hier, elles faisaient dans la production de whisky frelaté et d’emballages plastiques.

Difficile de dénicher l’usine de fabrication clandestine de faux whisky et Coca-Cola dissimulée derrière un établissement hôtelier à Bonabéri (Douala IV). Le site n’a cependant pas échappé au flair des gendarmes qui y ont fait irruption hier après-midi sous la conduite du 1er adjoint préfectoral du Wouri, Hector Eto Fame.

Read also : Ciment : le sac à 4.600 F

Sur la cour, des tonneaux remplis d’éthanol sont disposés. Visiblement, il s’agit de la principale matière première permettant de distiller du faux whisky. A l’intérieur, des centaines de bidons de 5 litres remplis de la fausse liqueur sont entreposés, prêts à être commercialisés. Tout à côté, des palettes de Coca-Cola sont également entreposées. Visiblement, l’usine évolue en marge des textes et lois régissant ce secteur d’activité. Les employés surpris sur le site ont été mis aux arrêts et l’usine scellée, conformément à la règlementation.

Read also : Renouvellement des organes de base du RDPC : ça démarre le 7 août

L’unité de fabrication des emballages plastiques non biodégradables a aussi reçu la visite des autorités. La non-conformité des emballages produits dans cette unité, et constatée par des membres de la commission descendue sur le terrain, fait partie des éléments accablants. Le responsable devra se présenter auprès des autorités compétentes muni des documents administratifs nécessaires.

Read also : Vaccin Johnson & Johnson : plus de 300 000 doses réceptionnées

La commission mixte avait également pour mission de vérifier la conformité des documents administratifs et des installations d’unités de production de vin rouge récemment démantelées à Bonabéri. Tous les responsables incriminés ont consenti des efforts pour se conformer à la règlementation, même si d’autres restent à fournir. Notamment du point de vue du respect des normes environnementales.

Read also : Jeux olympiques Tokyo 2020 : le Cameroun prend ses marques à Hita

« Le préfet nous a adressé une correspondance dans laquelle il nous a informés que notre site de production n’est pas conforme. Nous sommes en train de construire une autre unité de production. Les travaux sont avancés à 60%. Nous nous efforçons pour nous conformer à la règlementation », a affirmé Valery Wamba Azanglia, producteur de vin rouge.

Read also : Tirage au sort de la CAN 2021 : inspection au Palais des Congrès

La commission ad hoc s’est également rendue dans une unité de fabrication de yaourts. Le premier adjoint préfectoral et sa suite ont fait le tour de l’usine avant de s’entretenir avec les responsables au cours d’une séance de travail. Ici, tout ou presque est en règle. Seul bémol, le certificat de conformité environnementale arrivé à expiration depuis plus d’un an.

Read also : Rdpc : 23 militants graciés et réhabilités

« Nous avons visité un certain nombre d’usines. Nous avons constaté que les différentes usines sont partiellement dans la légalité parce que tous leurs documents administratifs ne sont pas à jour. Cependant, les responsables ont pris l’engagement de s’arrimer sur la base des recommandations données par les sectorielles techniques. Tout cela va se faire sous le contrôle du préfet du Wouri », a indiqué Hector Eto Fame, qui a également précisé que cette opération coup de poing n’est qu’à ses débuts. Toutes choses qui démontrent la détermination du préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, qui s’est engagé à mener une lutte sans merci contre la contrefaçon à Douala.

Read also : Cameroun-Angola : le duel final

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category