Sports

Ligue de football professionnel : une assemblée générale tendue

Une assise statutaire convoquée dans un contexte agité marqué par le flou sur les statuts en vigueur, la défiance de certains présidents de clubs et l’absence déclarée de représentant de la Fecafoot.

Dans un premier temps, la date du 19 décembre 2020 a été avancée. Puis celle du 29 octobre 2020 par les présidents de clubs. Enfin celle du 27 octobre a été retenue il y a plus de deux semaines par le bureau du Conseil d’administration de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), pour accueillir l’assemblée générale extraordinaire. Une assise statutaire prévue dès 10h au siège de la Lfpc au quartier Mfandena à Yaoundé. Celle-ci est toutefois marquée par un climat d’incertitude et de défiance entre l’exécutif de la Ligue et un mouvement associatif des présidents de clubs. Ces derniers ayant clairement réclamé la dissolution de la Ligue au cours d’une assemblée générale extraordinaire sollicitée pour le 29 octobre 2020 au Centre d’excellence de la CAF à Mbankomo. Cette dernière a d’ailleurs été interdite hier par le sous-préfet de l’arrondissement de Mbankomo…  
La communication de Pierre Semengue datant du 19 octobre dernier renseigne sur les points inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit de la proposition de modification de l’alinéa 4 de l’article 33 des statuts de la Lfpc sur le délai de dépôt des candidatures aux postes de membres du Conseil d’administration. En effet, ces dernières semaines, l’instance a connu la démission de quatre membres qui devront être remplacés. Il sera également question de l’examen et de l’approbation du règlement du championnat de Ligue 1 dont le démarrage est toujours fixé ce samedi 31 octobre 2020. Enfin, on aura la validation des résultats de la saison écoulée des championnats d’élite organisés par le Comité technique transitoire mis en place par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Une démarche conforme aux recommandations de la tripartite Minsep-Fecafoot-Lfpc du 17 septembre 2020. 
A chacun ses statuts 
Il est à préciser que les travaux de ce jour se dérouleront en l’absence d’un représentant de la Fecafoot. La Fédération, qui n’a pas cru bon en désigner un, compte tenu selon elle de la multiplicité des convocations ainsi que de l’illégalité des statuts à la base de ladite assemblée générale. Des griefs de l’instance fédérale signifiés à la Ligue à travers une correspondance. Pour la Fecafoot, les statuts de la Ligue en vigueur sont ceux du 26 juillet 2019. Pour le président de la Lfpc, ce sont ceux adoptés par l’assemblée générale du 3 novembre 2014 qui demeurent applicables et opposables aux membres de la Lfpc. 
Selon la Fecafoot, la contestation par la Ligue des statuts du 26 juillet 2019 et de sa suspension par le Comité exécutif (de la Fecafoot) s’était soldée l’an dernier devant la Chambre de conciliation et d’arbitrage (Cca) du Comité national olympique et sportif du Cameroun par deux décisions. Un procès-verbal de non conciliation du 9 septembre 2019 et la sentence arbitrale du 18 octobre 2019 « définitive, irrévocable et opposable à tous ». La Cca s’était déclarée incompétente pour connaître les deux requêtes de la Lfpc pour non épuisement des voies de recours internes à la Fecafoot. Devant le Tribunal arbitral du sport, la Ligue a uniquement contesté sa suspension. 
En face, pour la Ligue, la non-conformité des statuts de la Lfpc avec la loi ne fait pas l’objet de présomption. Elle doit être constatée par une juridiction compétente en la matière. Ce qui n’est pour le moment pas le cas en ce qui concerne les statuts du 3 novembre 2014. Par ailleurs, selon Pierre Semengue, faire adopter les statuts de la Ligue par l’assemblée générale de la Fecafoot est une violation de ses propres statuts. Notamment l’article 18 alinéa 1 sur l’indépendance de chaque membre et la non-ingérence par un tiers.  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps