Société

Inondations dans le Logone et Chari : au secours des déplacés

En plus des denrées alimentaires distribuées, le comité international de la Croix-rouge construit une digue à Tildé.

En plus d’être victimes du conflit avec Boko Haram, les déplacés du Logone et Chari dans la région de l’Extrême-Nord sont menacés depuis quelques semaines par les inondations. Dans les arrondissements de Makary et Blangoua, les eaux du fleuve El Beid sont sorties de leur lit et envahissent progressivement les villages avec d’importantes conséquences. Dans ces deux arrondissements, les pluies diluviennes ont eu des conséquences désastreuses. Nombre de ménages ont vu leurs champs inondés, ou leurs habitations effondrées. « Depuis deux ans, nous ne comprenons pas ce qui nous arrive dans ce village. Les eaux viennent avec force et détruisent nos maisons et nos plantations. Nous ne savons quoi faire », témoigne Blama Bachimé Abamé, chef du village Tildé, situé à 25 Km de Kousseri. 
Les plus touchés sont les déplacés internes qui subissent doublement la catastrophe. « Non seulement ils sont déjà victimes du conflit avec Boko Haram, en plus les eaux viennent encore les menacer. La vie devient très compliquée pour eux », renchérit Bakary Touré, chef de la sous-délégation du comité international de la Croix-rouge (CICR) à Kousseri. « D’où notre fort déploiement dans ces localités pour apporter du réconfort à ces populations et améliorer aussi leurs conditions de vie », poursuit-il. La série de distribution des denrées alimentaires aux personnes déplacées, lancée lundi dernier à Makari s’est achevée le 22 octobre dernier après plusieurs étapes dans les arrondissements de Blangoua et Makary. Sur le terrain, c’est plus de 1500 ménages qui ont bénéficié des dons en denrées alimentaires. 
Pour le long terme, le CICR a entrepris la réhabilitation de la digue de Tildé dans l’arrondissement du Logone Birni. D’après les explications de Abdoulaye Gondé, responsable du secteur économie et sécurité du CICR Kousseri, cette digue, dénommée la « digue de Tilde 3 », est constituée de sacs de sable soutenus par des branches d’arbre. Elle a une circonférence de 2400m, une largeur moyenne d’un mètre et une hauteur d’environ 1,2 mètre. « Cela sera suffisant pour protéger les 900 ménages de ce village, d’une inondation qui les aurait obligés à se déplacer », dit-il. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps