International

Burkina Faso : on compte sur la jeunesse

Acteurs majeurs des changements politiques et sociaux récent au Burkina Faso, les jeunes sont au cœur des préoccupations des autorités.

L’accès à une éducation de qualité a été inscrit au rang des priorités du programme quinquennal du président du Faso. Les jeunes qui représentent près de deux tiers de la population sont une force sociale incontournable.  Le gouvernement a donc investi fortement dans les infrastructures et les ressources humaines. La formation professionnelle est progressivement mise en adéquation avec les besoins de l’économie du pays. D’une manière générale, l’engagement a été pris en novembre 2015 de résorber 4 353 salles de classe sous paillote répertoriées. Cette opération est en cours. De même que plusieurs dizaines de lycées, dont des lycées scientifiques ont été réalisés ou sont en cours de réalisation. Des centres de formation technique et professionnelle sont également en cours de réalisation.
Au niveau de l’enseignement supérieur, le gouvernement burkinabè a mis en place l’Université virtuelle du Burkina Faso (UV-BF) afin de permettre aux étudiants d’accéder à une formation de qualité. Par ailleurs, un accent particulier est mis sur la recherche. Ainsi, les jeunes du Faso sont encouragés à s’intéresser aux sciences notamment. L’Université Norbert Zongo de Koudougou en est une illustration. Elle abrite le projet du premier satellite « made in Burkina » dénommé : Burkina Sat-1. Sous la houlette du président de cette université, le Professeur Frédéric Ouattara, le pays se lance dans la course aux étoiles. Ce projet bénéficie du soutien du gouvernement. En outre, le programme présidentiel : « un étudiant, un ordinateur » a amené l’Etat à subventionner à hauteur de 60%, l’acquisition par chaque étudiant d’un ordinateur. Il s’agit de la volonté du chef de l’État d’utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) au service d’un enseignement supérieur de qualité au Burkina pour l’arrimer aux standards internationaux.
Sur le front de l’emploi, des efforts ont été faits afin de permettre à la jeunesse de pouvoir trouver une place dans la société. Plusieurs initiatives et programmes ont été mis sur pied dans ce sens. Le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes PAE/JF a été mis sur pied avec pour l’objectif de lutter contre le chômage et le sous-emploi des jeunes et des femmes. Ce programme visait sur la période 2017-2020, le financement de 30 000 micro-projets et leurs promoteurs devaient être formés à l’éducation financière, à la gestion, à la comptabilité, et à la vie coopérative et associative.
Toutes les initiatives prises visent au bout du compte à faire en sorte que les jeunes se sentent impliqués dans la vie nationale. Du reste par le passé, ce sont les sentiments d’exclusion et de marginalisation qui ont incité les jeunes à chercher des moyens alternatifs pour exprimer leur mécontentement. En tout état de cause, le président Kaboré fait le nécessaire pour garantir la promotion active de l’inclusion des jeunes dans les processus politiques, car ils sont des acteurs démocratiques clés. Les jeunes sont ainsi de plus en plus représentés dans la sphère publique et le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le parti présidentiel a procédé à un vaste rajeunissement de ses candidats pour les prochaines élections législatives. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps