Société

Ambam : 118 pointes d’ivoire saisies

Le coup de filet, opéré le22 octobre dernier, est l’œuvre des services de la Douane de la Vallée-du-Ntem.

La ville d’Ambam, chef-lieu du département de la Vallée-du-Ntem, région du Sud, a connu une effervescence particulière le 22 octobre dernier. En présence du préfet Bouba Haman, les services de Douanes procédaient alors, dans leurs locaux, à une séance d’évaluation d’une opération spéciale menée quelques heures plus tôt. En effet, au quartier Ambam-Yat, situé à la sortie de la ville, en direction d’Ebolowa, le chef-lieu de la région, et de Yaoundé, la capitale, les Douanes ont intercepté une lourde cargaison de 118 pointes d’ivoire. Le chauffeur du camion, seul à bord, venait d’un pays limitrophe et se rendait à Douala, la capitale économique, où l’attendaient preneurs. D’après ses premiers aveux, il a affirmé agir seul et qu’il lui a fallu trois bonnes années pour accumuler une telle quantité d’ivoire, parce que ne trouvant pas d’acheteurs dans l’immédiat. Finalement, de potentiels « clients » se sont signalés à Douala et c’est en s’y rendant qu’il a été stoppé net à Ambam.
L’action des Douanes, qui revêtait alors le caractère d’une mission spéciale, résultait de l’exploitation d’un renseignement reçu en amont, dans le cadre de la lutte permanente contre la contrebande et la criminalité transfrontalière. La saisie du 22 octobre dernier, conduite par le commandant Zollen Epang, en présence du commandant du groupement actif des Douanes du Sud 1, le commandant Noellie Emilienne Tazo, épouse Kenfack, relève de l’inédit. Car, jusque-là, les faits de trafic des pointes d’ivoire étaient généralement signalés dans les localités frontalières d’Oveng, Djoum et Mintom, dans le Dja-et-Lobo, qui partagent la grande réserve faunique d’Afrique centrale. 
L’action des services de la Douane montre qu’avec 118 pointes d’ivoire, ce sont 59 éléphants adultes qui ont été décimés. Approché, le délégué départemental du ministère des Forêts et de la Faune (Minfof), Ombolo Tassi engels Edding, va estimer la valeur de l’ivoire saisi. D’après le Minfof, un kilogramme d’ivoire coûte, en moyenne, 1,1 million de F. Et la cargaison saisie donnait un poids total de 626 kilogrammes, soit une valeur près de 700 millions de F. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps