Société

50 élèves par classe : il y a des résistances

Si certains chefs d’établissement respectent cette mesure instaurée par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, beaucoup d’autres la foulent au pied.

Cette année, c’est 50 élèves par classe. Prescription faite par le ministre des Enseignements secondaires pour lutter contre la propagation du Covid-19 dans les établissements scolaires. Cependant, certains établissements scolaires de Yaoundé ont des effectifs de plus de 50 élèves par classe. Tenez ! Au collège La retraite par exemple, les effectifs tournent autour de 60 à 68 apprenants par salle. « Nous avons de grandes salles de classe. C’est pourquoi, nous avons accepté plus de 50 élèves », justifie le Père Clément Nkodo Manga, principal du collège. Il rassure que tout est mis en place pour assurer la distanciation physique entre les élèves. « Ils sont assis deux par table-banc. Pourtant avant, ils étaient trois par banc », ajoute le responsable. Selon lui, les effectifs ont considérablement diminué cette année. « Nous avons dû refuser l’inscription à plus de 500 anciens élèves, à cause de la limite des effectifs et de la peur de la propagation du Covid-19. Nous ne pouvons pas faire plus, car nous sommes un collège, nous fonctionnons avec nos propres ressources financières. Néanmoins, notre priorité c’est la santé de nos apprenants », poursuit le principal. 
Même cliché au collège les Sapins au quartier Damase. Ici, les effectifs tournent autour de 70 à 75 élèves par classe. Les apprenants sont assis trois par banc. Le responsable explique qu’il a agrandi les salles de classe pour accueillir plus d’élèves et limiter les contacts entre les apprenants. « La demande était forte en début d’année. Entre nos anciens élèves et les nouveaux, nous avons trouvé juste de construire d’autres salles de classe et d’agrandir les anciennes, question de les aérer », rassure le surveillant général, Benjamin Noah. C’est également le cas au collège Victor Hugo. Les responsables justifient cet état de chose par un manque à gagner pour gérer toutes les charges financières liées au fonctionnement des établissements. Tous rassurent cependant que la distanciation physique est respectée malgré tout.  
Certains collèges par contre fonctionnent selon les instructions du ministre. À l’Institut bilingue Matamfen, c’est moins de 50 par classe. L’équipe de CT a pu le constater lundi matin lors d’une descente dans cet établissement. La classe de Première C quant à elle, a 38 élèves.  « Nous avons tout réinitialisé dans nos salles de classe pour respecter la distanciation physique. Nous avons notamment fait fabriquer des bancs de deux mètres pour respecter la distanciation physique entre les élèves. Les inscriptions ont également été limitées lorsque nos salles de classe avaient atteint le nombre sollicité. Notre effectif a considérablement été réduit», explique Jean Djanko, le principal. Au Complexe scolaire international La gaieté également, les élèves sont moins de 40 par classe. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps