Mali: Amadou Toumani Touré est mort

L’ancien chef d’Etat est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Turquie où il a été évacué après une opération du cœur.

Le Mali est en deuil depuis la mort survenue dans la nuit de lundi à mardi d’Amadou Toumani Touré (ATT). L’ancien président de la République a rendu l’âme dans une clinique en Turquie où il avait été évacué d’urgence après une opération du cœur à Bamako. La nouvelle de son décès a été rendue publique par sa famille et de nombreux médias maliens qui suivaient au quotidien sa situation depuis son retour au pays en décembre 2019, après sept années d’exil au Sénégal, au lendemain de son renversement par les troupes du capitaine Amadou Haya Sanogo.

Read also : CHAN 2020 : le Maroc dans l’histoire

Le Mali pleure ainsi un grand homme d’Etat qui a fait irruption au-devant de la scène le 26 mars 1991 à la faveur d’un coup d’Etat qui renversa le président Moussa Traoré. Alors qu’il est lieutenant-colonel au sein de l’armée malienne, il est porté à la tête du Comité de transition pour le salut du peuple pour assurer les fonctions de chef d’Etat de la transition. Durant son magistère, il va entreprendre des réformes qui vont permettre au pays d’accéder à la démocratie avec l’élection d’Alpha Oumar Konaré comme président de la République. Cette passation pacifique du pouvoir à un régime civil peut faire rêver les Maliens, d’autant plus qu’elle vient refermer la longue page triste des régimes militaires depuis le renversement le 19 novembre 1968 de Modibo Keïta par une junte militaire aux ordres de Moussa Traoré.

Read also : Accident de Santchou : deux ministres sur les lieux

Surnommé par l’opinion « Soldat de la démocratie », celui qu’Alpha Oumar Konaré promeut général une fois aux affaires va finalement déposer les armes pour définitivement rentrer dans la vie civile et faire carrière dans la politique. En 2002, il accède à la magistrature suprême en battant Soumaïla Cissé au second tour. Réélu en 2007, ATT sera brutalement renversé à deux mois de la fin de son second bail par le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’État (CNRDRE) dirigé par Amadou Haya Sanogo qui l’accuse de laxisme et de mollesse face à la poussée jihadiste. Amadou Toumani Touré quitte la scène à 72 ans.

Read also : Rentrée du deuxième trimestre : ça repart

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category