l’Office céréalier : le grenier du septentrion

L’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord. Voilà les trois régions d’intervention de l’Office céréalier. Pour elles, l’organisme exploite une flotte de 44 magasins d’une capacité totale de 47 650 tonnes. Ces entrepôts s’étalent de Banyo dans l’Adamaoua à Guirvidig dans l’Extrême-Nord en passant par Madingring et Touboro dans le Nord.  L’Office agit directement sur 6 à 7 millions de personnes. Son rôle social n’est plus à démontrer. La structure nourrit l’ambition d’étendre ses activités dans la partie méridionale du pays pour collecter les céréales. Dans le contexte de la décentralisation, cet organisme sera appelé à jouer un rôle plus accru encore aux côtés des collectivités territoriales décentralisées (CTD). Mais déjà, il constitue un instrument de stabilisation de prédilection.


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

 A ce titre, il contribue à la lutte contre la vie chère et au combat contre la spéculation. Une note de présentation produite par l’Office céréalier souligne que 330 millions de F environ sont attendus du gouvernement dans le cadre du dispositif de riposte contre la Covid-19. Un bol d’air- s’il est libéré-, qui va permettre à l’organisme de « respirer » et de faire face aux répercussions socio-économiques du Covid-19 dans le secteur de l’agriculture. L’organisme va collecter 15 780 sacs de maïs, -le céréale le plus consommé dans le Grand Nord- dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

En mission la semaine dernière à Garoua, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Gabriel Mbairobé a pronostiqué des « mois difficiles » à cause des inondations dans l’Extrême-Nord. La saison sèche s’est par ailleurs étirée en longueur dans le Nord qui n’a a connu que trois mois de pluie ! Dans ce contexte, l’Office céréalier, appelé à affronter les prochains jours avec une nouvelle vision portée par une nouvelle équipe managériale, est face à de nouveaux défis. Entre 2015 et 2019, l’Office a reconstitué la bagatelle de 32430 tonnes de céréales. L’un des enjeux de l’heure est donc d’augmenter la capacité de stockage de l'Office afin d’accroître son volume des stocks, avec une ambition de 35000 tonnes de céréales supplémentaires sur deux ans. 


Read also : Allocation de résilience de la Banque mondiale : le Cameroun en quête d’éligibilité

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category