Dérives médiatiques à Equinoxe Tv : la mise en demeure du Mincom

Le ministre de la Communication a, dans une correspondance signée hier, interpellée le Pdg de cet organe de presse, à la suite d’un faux témoignage diffusé dans une de ses émissions.

C’est l’émission hebdomadaire dénommée « Parole de femmes » qui provoque la réaction vive du ministre de la Communication (Mincom). Dans une correspondance adressée au président directeur général du Groupe Equinoxe télévision hier, 12 novembre, René Emmanuel Sadi indique que le média audiovisuel a « diffusé de faux témoignages, à la fois pathétiques et émouvants de concitoyennes se présentant mensongèrement comme des victimes de la situation de crise qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. » L’objet de cette correspondance du Mincom est d’ailleurs très clair. « Mise en demeure. Interpellation des responsables de l’organe de presse audiovisuelle Equinoxe télévision, à la suite des dérives éthiques et déontologiques commises dans le cadre de l’émission « Parole de femmes », édition du 3 novembre 2020. »
Selon le texte du ministre, le cas le plus illustratif concerne la nommée Victoire Stéphanie Djomo Yepmo, qui, au cours de ladite émission, « aura fait montre d'imagination théâtrale, en livrant un récit complètement fictif, au sujet de scènes d'horreur et d'atrocités vécues dans la zone de Kumba ». D’après le patron de la communication, « cette mise en scène ubuesque, animée par la présentatrice de ladite émission, la nommée Esther Mael Maffowe, a été volontairement orchestrée par la chaîne de télévision Equinoxe qui, de plus en plus, outrepasse les limites du champ des libertés publiques, si chères au président de la République, par une inobservance criarde des prolégomènes du métier de journaliste, de l'éthique et de la déontologie professionnelles. » 
Dans la suite du document, l’on apprend que s’agissant des allégations mensongères sus-indiquée...

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category