Festival Yarha : l’autre fête du cinéma

C’est avec « Innocent(e) » du réalisateur camerounais, Frank Thierry Léa Malle, que s’est ouvert dimanche dernier l’acte 7 de ce rendez-vous annuel du 7e art.


Read also : Financement des projets artistiques : l’Institut français en soutien

L’actrice camerounaise, Virginie Ehana, était en vedette le week-end dernier. Après les Sotigui Awards, cérémonie de récompenses des acteurs africains à Ouagadougou où elle était nommée dans trois catégories, la jeune comédienne camerounaise était de nouveau en vitrine dimanche dernier à Yaoundé. La Semaine internationale du premier film plus connue sous la dénomination Festival Yarha, a permis en ouverture, de revoir le film « Innocent(e) » du réalisateur, Frank Thierry Léa Malle, où la jeune actrice se retrouve à l’affiche. Cette fiction tournée à Abong-Mbang dans la région de l’Est, malgré de multiples projections, continue de susciter toujours admiration et engouement.  « Pour un jeune cinéaste comme moi, c’est un très grand honneur d’ouvrir ce festival. En assistant aux éditions précédentes, j’ai eu l’opportunité de regarder des films d’ouverture de cet évènement et c’était des œuvres de haute facture. Cela a créé en nous le besoin de travailler davantage », a déclaré Frank Thierry Léa Malle.


Read also : Dédicace : thérapie au féminin

Bien avant d’éteindre les lampions de la salle des fêtes de l’Hôtel de ville à Yaoundé, cadre de la soirée de lancement de Yarha acte 7 et village du festival, le comité d’organisation a braqué les projecteurs sur le jury qui aura la lourde responsabilité d’apprécier les 32 films en compétition, dont 22 longs métrages et 10 courts métrages. Placé sous la présidence de « l’enfant terrible du cinéma camerounais », Jean-Pierre Bekolo, le jury de cette année est constitué d’acteurs et de réalisateurs camerounais, sénégalais, entre autres. On peut citer Martin Poulibe, Thierry Ntamack, Delphine Manfou, Fatou Kande Senghor, Itambi Delphine, etc.  Cette « équipe choc » a du pain sur la planche au regard de la qualité technico-artistique des films en lice. 


Read also : Semaine de la littérature africaine : plaidoyer pour le livre

La 7e édition de ce rendez-vous annuel des amateurs et professionnels du cinéma est placée sous le socle de l’unité dans la diversité.  « Ce qui fera date dans l’organisation de cette année c’est que le Cameroun est à l’honneur. L’objectif étant de célébrer la diversité culturelle du pays. C’est la raison pour laquelle les professionnels camerounais qui ont été invités viennent de toutes les régions du Cameroun et la marraine de cette année est l’actrice et productrice Syndy Emade », a relevé Sylvie Nwet, déléguée générale du festival. Ceci avant d’inviter le grand public à venir communier avec les professionnels du cinéma jusqu’au 22 novembre prochain, dans les salles et au village du festival, à travers des masters classes, des ateliers de formation, des projections de films et bien d’autres activités. Le tout autour du thème : « Cinéma au service du développement durable en Afrique ». 


Read also : Liste du patrimoine mondial : le dossier Bimbia à chaud

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category