Couverture santé universelle : lentement, mais sûrement

La mise en place de la Couverture santé universelle (CSU), projet cher au président de la République, Paul Biya est très attendue. Ce mécanisme de solidarité nationale conçu pour remédier au déséquilibre dans l’accès à la prise en charge médicale, entre personnes vulnérables et plus nanties est espéré par plus d’un. Avec son avènement en effet, le grand nombre se soignerait sans être confronté à des difficultés financières et sans basculer par la suite dans la pauvreté en raison du coût de la prise en charge. 
Depuis le lancement de cette initiative devant offrir des soins de qualité aux populations et à moindre coût, des pas décisifs ont été marqués. Le 27 août dernier notamment, la mise en place de la CSU est passée à la vitesse supérieure. Le gouvernement a signé un partenariat avec la Société santé universelle Cameroun SA (SUCAM SA). Depuis lors, les deux parties sont à pied d’œuvre afin que ce projet se concrétise. La construction de « Datacenters » nécessaires à la mise en service de la Couverture santé universelle en est l’illustration. Ces chantiers sont la preuve que les choses se précisent et que l’effectivité de la Couverture santé universelle au Cameroun se rapproche chaque jour un peu plus. Car une fois les travaux achevés et les équipements nécessaires aux opérations d’enrôlement acquis, la machine pourra se mettre en marche. La mise en service de l’ensemble des applications constituant la CSU étant prévue pour le premier semestre 2021.
Reste à présent que les autres aspects de la mise en œuvre de cette Couverture santé soient également mis en chantier. Notamment, la finalisation des modalités (panier des soins devant être couverts, coût de la carte santé que devra détenir tout Camerounais, montant des cotisations…) Des préalables qui feront en sorte qu’une fois les deux Datacenters opérationnels dans les villes de Yaoundé et de Douala, les choses sérieuses commencent. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category