Société

Administrations publiques, écoles, églises… : appel au respect des mesures-barrières

L’invitation a été faite hier à Yaoundé au cours du point de presse quotidien, par le Dr Georges Alain Etoundi Mballa, à la suite de la resurgence de la pandémie dans certaines regions du pays.

23 528 cas positifs, 435 décès, 22 177 guérisons et 916 cas actifs, soit un taux de guérison de 95% et un taux de létalité de 1,8 %. Tels sont les chiffres communiqués hier au Centre des opérations des urgences de santé publique par le Dr Georges Alain Etoundi Mballa. En dressant l’état de la situation épidémiologique au Cameroun, le directeur de la lutte contre la maladie, les pandémies et les épidémies au ministère de la Santé publique a demandé aux populations de de rester vigilantes. Car, l’épidémie fait toujours des ravages dans le monde et dans certains pays d’Afrique, confirmant la deuxième vague tant annoncée. « Au Cameroun, les résultats de ces deux dernières semaines montrent qu’il est apparu quelques foyers dans les régions de l’Ouest et du Littoral. Incontestablement, notre courbe épidémique maintient sa baisse et nous restons dans la phase descendante de l’épidémie. Mais, n’oublions jamais que la baisse de la courbe épidémique, n’est jamais régulière et harmonieuse. Nous savons que pendant ces phases descendantes, le virus circule toujours et que la menace des poussées locales et isolées plane toujours sur nos établissements scolaires, nos universités, nos administrations publiques, nos églises », a expliqué Dr George Alain Etoundi Mballa.
Seulement, le gouvernement maintient sa ferme détermination à protéger les populations contre les répercussions sanitaires et socio-économiques de cette pandémie en réajustant en permanence les stratégies développées pour adapter les interventions à l’évolution de cette épidémie. Ces stratégies sont confortées par le retour d’expérience de la gestion somme toute heureuse des neuf derniers mois. « Plus que jamais nous sommes convaincus qu’il faut continuer à traquer, tester, et traiter », a rappelé l’épidémiologiste. Cette méthode, selon les professionnels de la santé est importante pour la reprise des activités locales en l’occurrence celles du secteur informel, public et privé.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps