Economie

Olama-Ngomedzap : la route de l’espoir

Ce tronçon a un impact sur cet arrondissement de la région du Centre et sur les localités qui la composent, et facilite l’écoulement rapide des produits des agriculteurs.

C’est un rêve devenu réalité. La construction de la route Olama-Ngomedzap. Depuis deux ans que ce tronçon situé dans le département du Nyong-et-So’o, région du Centre, a été livré, la vie des populations de l’arrondissement a changé. Avec le désenclavement des localités alentours, les activités agropastorales ont repris, le marché est ouvert et les producteurs peuvent facilement écouler leurs récoltes dans d’autres localités. Les changements sont visibles dès le pont d’Olama nouvellement construit. L’époque du bac et de ses contraintes est révolue. La traversée se fait plus aisément d’une berge à l’autre. Mieux encore, la nouvelle route Olama-Ngomedzap est une aubaine, car elle a apporté un espoir pour les populations de par son impact socio-économique. Comme l’explique Nguené Atangana, habitant de la localité d’Olama, la route a apporté des points positifs. Elle a freiné l’exode rural des jeunes. « Ils se sont remis à la culture de la terre, encouragés par nos élites qui nous demandent d’investir dans l’agriculture, la pisciculture et l’élevage », explique l’homme d’une cinquantaine d’années. Les cultures comme la banane plantain, la patate, le pistache, le maïs, le macabo, le haricot, l’igname et la banane douce sont aussi en train d’être développées ainsi que le cacao, principale culture de rente. Une augmentation substantielle de sa production est vivement attendue et les agriculteurs sont prêts.  L’écoulement des produits n’est pas en reste. Les agriculteurs déposent leurs marchandises sur l’axe central au cas où ils ne font pas le voyage vers d’autres marchés.
Ce matin du samedi 29 octobre, dans la localité d’Ossoeme-Keneng, à 87 km de Yaoundé, un grand sac de maïs sec a été déposé en bordure de route. Odile Ondoua et sa cousine attendent un véhicule pour aller vendre leurs produits à Yaoundé, mais elles n’attendront pas longtemps. Pour elles, cette route est une vraie bénédiction. « Aujourd’hui, nous écoulons facilement nos produits vers d’autres villes, le prix du transport est redevenu abordable », se réjouit-elle.  Avant, il fallait attendre des jours pour voir passer le seul car qui ralliait la localité à Yaoundé. 
Un regard nouveau est désormais porté sur Ngomedzap, bourgade en pleine mutation avec la floraison de quelques immeubles, notamment l’hôtel de ville. Bâtiment moderne et flambant neuf qui fait la fierté de ses habitants. Ce développement a fait également germer des idées dans l’esprit de certains promoteurs. Par exemple, Jean-Baptiste Owona, fils du coin, a aménagé un café-cabaret, cadre idéal pour se restaurer en écoutant de la bonne musique. Pour ce qui est du forum socio-économique prévu du 16 au 21 décembre prochain, il est attendu avec impatience par les populations. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category

Download the Cameroon-Tribune app

logo apps