« Tout est possible »

Denis Emilien Atangana, président national du Front des démocrates camerounais (FDC)

Quel est l’intérêt pour le FDC de prendre part à l’élection des conseillers régionaux ?


Read also : Rétrospective 2020 : l’année de Paul Biya

La participation du FDC à ce tout premier scrutin régional revêt au moins un triple intérêt. Il y a d'abord un intérêt politique dans le sens où notre jeune formation politique doit marquer le terrain et contribuer à animer la vie politique au moins dans les espaces qu'elle a réussi à occuper jusqu'à présent. Le FDC est un des rares partis politiques de l'opposition à disposer de siège dans un Conseil municipal dans cette région largement dominée par le RDPC. Il va donc de soi que nous soyons sur diverses espaces d'expression et d'animation de la vie publique pour ne pas la laisser au seul parti au pouvoir. C'est l'une des façons de le contrer et donner d'autres alternatives à nos populations désemparées par cette mal gouvernance. Il y a ensuite un intérêt stratégique et de présence/marketing pour l'avenir. Le FDC est le plus jeune parti en lice pour ces élections régionales. Nous y allons pour mieux nous faire connaître et vendre notre projet politique global à divers niveaux de notre espace socio-politique. Le temps joue en notre faveur parce que la politique est aussi une épreuve d'endurance. Enfin, il y a cet intérêt électoral évident. 


Read also : Special 2020 : President Biya’s Achievements On Spotlight

Qu’entendez-vous apporter de nouveau, dans le processus de décentralisation ?


Read also : Reconstruction de l’Extrême-Nord : le programme présidentiel en marche

Le FDC remplit les conditions de competir pour ces régionales qui consacrent une certaine avancée du processus de décentralisation bloqué par le RDPC depuis si longtemps. Nous devons aller à ce scrutin pour montrer aux Camerounais, y compris à nos adversaires du RDPC qu'on peut et qu'on doit faire autrement en particulier pour cette décentralisation qui a tant traîné à cause de cette hyper-centralisation du parti au pouvoir. Ce parti doit avoir du répondant en face, autrement, il tombe dans une néfaste léthargie due à sa grande obésité. 


Read also : National Development Strategy : UN Is Finalising Cooperation Framework

Comment allez-vous vous y prendre dans le Mfoundi où vous n’avez pas de conseillers municipaux ?


Read also : CHAN 2020 : Let The Competition Begin

Le FDC n'a certes pas le nombre de conseillers municipaux pour espérer battre directement nos adversaires dans les localités où il est en concurrence. Nous sommes conscients de cet écart numérique interne. Mais sachez que les mentalités politiques évoluent au Cameroun dans cet environnement où l'écrasante majorité des Camerounais aspirent au vrai changement, même dans le RDPC. Nous avons sondé le terrain et les esprits de divers acteurs de ce processus électoral lié aux régionales. Nous jouons sur ce désir de voir les choses évoluer de façon décisive même dans le parti dominant. Et certains déçus de ce parti pourraient le sanctionner en accordant au FDC leurs préférences dans l'urne. Tout est possible. La Foi et la jeunesse sont dans notre camp et nous gagnerons, aujourd'hui ou demain.


Read also : Jean-René Youmba : le dernier voyage

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category