Conditionnement des produits : l’apparence physique compte

A cause de leur présentation inadaptée et inadéquate, certains emballages ne jouent pas en faveur du produit qui peine ainsi à être vendu.

Le conditionnement représente une dimension majeure pour renforcer l’attractivité d’un produit. Le packaging permet notamment captiver l’attention de la clientèle en stimulant les ventes. Mais selon une étude réalisée par les experts du domaine, notamment le comité de compétitivité et le ministère des Petites et moyennes entreprises, l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), 95% de produits artisanaux issus de la production locale n’attirent pas les clients en raison de leur packaging jugé peu attractif. Il devient donc impérieux pour les acteurs d’améliorer la présentation de leur emballage pour accroître la commercialisation. C’est donc à la demande des acteurs, qu’un atelier de renforcement des capacités des artisans en technique du packaging s’est tenu jeudi dernier à Yaoundé, sous le thème : « Le packaging en faveur de l’amélioration de la compétitivité des produits artisanaux ». 


Read also : Inspection des établissements classés : le ministère du Tourisme aussi

D’après le ministre des PME, Achille Bassilekin III, cet atelier est important pour la dynamisation de la production artisanale nationale. « Il faut que les propositions issues de cet atelier soient rendues opérationnelles. Pour ce faire, il nous faut aussi mobiliser des partenaires techniques et financiers disposés à nous accompagner dans cette quête pour que ces produits soient mieux valorisés », explique-t-il. Le défi final est qu’ils soient exposés dans les lieux de grande distribution au niveau local et même sur les étalages des rayons des marchés internationaux. 


Read also : Activités forestières et lutte contre le braconnage : la protection des autochtones garantie

De leur côté, les artisans reconnaissent que les produits locaux ont de la peine à être écoulés à cause de l’insuffisance de la mise en valeur de l’emballage. Selon Etty Edou Mengue, artisan, les responsables de la production de conditionnements manquent de créativité. Ils n’arrivent pas toujours à extérioriser l’idée des producteurs. « Les artisans veulent que l’emballage soit personnalisé mais le rendu n’est pas toujours convainquant. C’est pourquoi certains sont obligés d’importer le packaging », explique la jeune dame. Seul hic, il est coûteux. Marie Louise Ndjoya, fabricant de produits cosmétiques reconnaît également que la qualité et le design ne sont pas toujours ce qu’ils veulent. « Conséquence, lorsqu’on importe l’emballage, le prix du produit revient plus cher », regrette-t-elle. 


Read also : Lutte contre la criminalité faunique : le Gabon apporte son concours

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category