Contrebande : des vins et spiritueux saisis à Ebolowa

L’opération, menée par le secteur des Douanes du Sud 1, a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi dernier.

Le coup de poing du secteur des Douanes du Sud 1 présente un bilan digne d’une grande prise. Le butin, fruit de la contrebande qui semble faire florès surtout en cette période de fin d’année, se décline en 540 bouteilles de Martini, 25 bouteilles de champagne Moët & Chandon, 67 bouteilles de whisky de marque Chivas et Grants, 10 cartons  de vin rouge de marque Tio et Perlado, entre autres. Le tout estimé à plusieurs millions de F. La saisie a eu lieu dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 novembre 2020 au niveau du poste de contrôle mixte établi vers la localité de Mvam-Essakoe, à l’entrée sud de la ville d’Ebolowa, sur cet axe routier qui mène dans la zone des trois frontières.


Read also : Inspection des établissements classés : le ministère du Tourisme aussi

Tout se passe aux environs de 2h du matin lorsque, aiguillonnés par un renseignement fiable, les éléments des Douanes décident de fouiller un camion de fond en comble. Ils y découvrent cette cargaison de vins et spiritueux non estampillés de la vignette de conformité. « Nous avons alors saisi cette marchandise et conduit le camion au siège du secteur des Douanes du Sud 1, au quartier », confie le chef dudit secteur. Pour Francis Pierre Bilounga, il est question de déclencher une action qui permette que l’Etat puisse entrer dans ses frais par le dédouanement de la marchandise. Sinon, précise-t-il, il faut purement et simplement la détruire, comme le pévoit la procédure en la matière.


Read also : Activités forestières et lutte contre le braconnage : la protection des autochtones garantie

Abondant dans le même sens, le commandant du groupement actif du secteur des Douanes du Sud 1 va insister sur la détermination des douaniers à lutter avec acharnement contre la contrebande. Pour Noellie Emilienne Tazo, épouse Kenfack, la contrebande est une réalité qui semble avoir fait son nid dans le secteur Sud 1, surtout sur cet axe qui relie les grandes villes de Douala, Yaoundé, Ebolowa et autres, à quelques pays voisins de la sous-région Afrique centrale. La contrefaçon et la contrebande causent de réelles pertes financières à l’économie nationale, profitant aux intérêts égoïstes au détriment de la communauté.


Read also : Lutte contre la criminalité faunique : le Gabon apporte son concours

Il n’y a pas longtemps, le secteur des Douanes du Sud 1 avait saisi plusieurs défenses d’éléphants venant d’un pays voisin. La prise des vins et spiritueux de mercredi dernier, à Ebolowa vient après celle, similaire de par son ampleur, opérée l’avant-veille,  soit lundi, 16 novembre à Ambam, chef-lieu de la Vallée-du-Ntem. Pour les responsables des Douanes, il est de plus en plus urgent que les opérateurs du secteur vins, bières et liqueurs se conforment à la réglementation en vigueur en obtenant des autorisations nécessaires et en s’acquittant des droits d’importation.    


Read also : Commerce intra-africain : échanges sur le libre-échange

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category